Drôme : ce que l'on sait du dramatique accident sur l'A7 qui a coûté la vie de 5 enfants 

Cinq enfants ont péri ce lundi 20 juillet au soir dans un accident de la route sur l'autoroute A7 dans la Drôme et 4 autres personnes, trois adultes et un enfant qui se trouvaient dans le même véhicule, sont en urgence absolue. 

 

3 adultes et un enfant sont en urgence absolue au lendemain de l'accident.
3 adultes et un enfant sont en urgence absolue au lendemain de l'accident. © Alexandre Berthaud / Maxppp
Cinq enfants de 3 à 14 ans, trois filles et deux garçons, ont péri ce lundi 20 juillet au soir dans un accident de la route sur l'autoroute A7 dans la Drôme et quatre autres personnes, trois adultes et un enfant qui se trouvaient dans le même véhicule, demeuraient en urgence absolue, a indiqué le préfet Hugues Mouthou à l'AFP.

Une nouvelle tragédie routière estivale qui a frappé neuf membres d'une même famille dont le monospace a pris feu avant d'effectuer une sortie de route. 

Les quatre autres passagers, trois adultes et un enfant de 7 ans, ont été transférés à l'hôpital, a indiqué à la presse le procureur de Valence Alex Perrin, précisant que le pronostic vital était engagé pour l'enfant et deux adultes. 
 

9 membres d'une même famille

Ce sont tous des membres d'une même famille originaire de Vénissieux près de Lyon, a ajouté le préfet, précisant que l'accident était survenu à Albon dans la Drôme, dans le sens Sud-Nord. "C'est une sortie de route dans un champ", a-t-il détaillé invoquant la piste d'un problème technique.

Les faits se sont déroulés en début de soirée à hauteur d'Albon, dans le sens Sud-Nord. Selon le procureur, le monospace prévu pour sept personnes, de type Renault Grand Scénic, a "manifestement" pris feu, le conducteur en a perdu le contrôle et il est "parti en tonneaux". 
Les corps des cinq enfants décédés ont été "brûlés à un niveau important", ce qui complique leur identification, a ajouté M. Perrin.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du sinistre et tenter d'établir s'il y a eu une défaillance technique ou défaut d'entretien. Avant de perdre connaissance, le conducteur a déclaré à des témoins avoir rencontré un problème de freinage, a encore indiqué le procureur de Valence.
 

Les ministres de l'Intérieur et des Transports se sont rendus sur place


Les ministres de l'Intérieur, Gérald Darmanin et des Transports, Jean-Baptiste Djebbari se sont rendus sur place dans les heures qui viennent, a précisé le préfet.
"Cinq enfants décédés dans des conditions particulièrement atroces et un enfant qui lutte pour la vie en ce moment même, on pense à ces familles particulièrement endeuillées", a commenté Gérald Darmanin lors d'un bref point de presse.
"C'est par milliers que l'on compte les morts sur les routes, particulièrement en période estivale, il faut donc encourager les françaises et les Français à faire attention, singulièrement lorsqu'ils ont des enfants à bord", a-t-il ajouté.

 

"Mes pensées accompagnent les familles et les proches des victimes", a également réagi le Premier ministre Jean Castex, sur Twitter. "Soutien et solidarité avec nos concitoyens blessés qui luttent pour leur vie. Je salue la mobilisation des services de sécurité et secours et agents de l'État", a-t-il écrit.
"Des enfants ont perdu la vie ce soir dans un terrible accident routier dans la Drôme. Je partage la douleur immense des proches des victimes. Mes pensées accompagnent aussi les blessés et tous ceux mobilisés à leurs côtés", a twitté de son côté le président Emmanuel Macron. 
 
Plus tôt dans la journée, ce lundi 20 juillet au matin, la passagère d'une moto avait déjà trouvé la mort après une collision impliquant une voiture et une moto. La circulation avait été coupée.
"Ces deux tragédies nous rappellent qu'à grande vitesse, la moindre imprudence est fatale, même sur une autoroute", a réagi dans un communiqué Jehanne Collard, avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route.
"Je ne sais pas s'il y a eu défaillance humaine ou mécanique. Mais neuf personnes se sont entassés dans un véhicule de sept places. Pour cette erreur, cinq gosses ont payé le prix fort. La vie de leurs parents est détruite. Malgré tous les messages de prévention, la mort sur la route reste encore un cauchemar quotidien", a-t-elle
regretté.

 
Le nombre de personnes tuées sur les routes a baissé de 29,1% en juin, en France métropolitaine, selon les chiffres de la Sécurité routière publiés lundi dans un contexte de reprise limitée des déplacements, notamment des trajets professionnels, à la sortie du confinement imposé par la pandémie de Covid-19.  
Mais durant les mois d'été, en raison de la crise sanitaire, "les Français devraient privilégier l'usage de l'automobile pour se rendre sur leurs lieux de vacances, principalement dans l'Hexagone", souligne l'organisation, qui appelle à la vigilance et à la prudence.
Selon un sondage publié début juillet par la Prévention routière et Assurance Prévention, huit vacanciers Français sur dix utiliseront cet été un moyen de transport individuel (voiture, moto ou camping-car). 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident autoroute économie transports sécurité routière société sécurité décès emmanuel macron politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter