Fraude fiscale : Michel Bastos, ancien de l'OL, condamné dans l'affaire de la vente de sa villa d'Ecully

En décembre, l'ex-joueur de l'Olympique Lyonnais, Michel Bastos, a été condamné à deux mois de prison avec sursis et une amende de 30.000 euros pour la vente de son ancienne villa d’Ecully à des trafiquants de drogue présumés. Il a été jugé mi-décembre, avec son agent Emmanuel de Kerchove.

C'est une audience qui s'est déroulée loin du tumulte. Selon le quotidien L’Équipe, l'ancien numéro 11 de l'Olympique Lyonnais, Michel Bastos, a été condamné mi-décembre 2020, à une peine de deux mois de prison avec sursis et à une amende de 30.000 euros pour une affaire qui remonte à 2018. Il s'agit de la vente de son ancienne villa d'Ecully à des trafiquants de drogue présumés. 

Le 6 décembre 2019, l'ancien international brésilien avait été mis en examen pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale". Il avait été placé sous contrôle judiciaire. Michel Bastos, qui a joué à Lyon entre 2009 et 2013, a été soupçonné d’avoir bradé sa villa de l'ouest lyonnais. Estimé à l’époque à 900.000 euros, ce bien immobilier avait été cédé au prix de 420.000 euros. Une partie de la vente avait été effectuée avec des espèces non déclarées : un "dessous-de-table" de 160.000 euros. Les espèces avaient été remises à l'agent du joueur par l'un des trois suspects. La somme avait ensuite été déposée sur un compte bancaire suisse détenu par l'ex-milieu de terrain, indique l'Equipe.

Pour cette affaire, l'ancien footballeur de l'OL, aujourd'hui âgé de 37 ans, a fait l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) devant un magistrat du parquet de Lyon, soit une procédure de "plaider-coupable". Dans le cadre de cette procédure, une peine est proposée à l'auteur des faits par le procureur. En cas d'acceptation, le juge valide la décision. L'ancien professionnel du football a accepté la peine. Son agent, Emmanuel de Kerchove, également poursuivi, a écopé de deux mois de prison avec sursis et d’une amende de 5.000 euros.

De leur côté, les trois trafiquants présumés ont été interpellés par la police en octobre 2018 en possession de 36 kg de cocaïne. Toujours selon L’Equipe, leur procès pourrait débuter au printemps prochain.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité