Fusillade à Ecully, la victime n'était pas un délinquant

Après la fusillade survenue à Ecully ce mardi 3 janvier en fin d'après-midi, le profil de la victime se précise. Les tireurs sont toujours recherchés.

Un homme de 32 ans a été tué par balle ce mardi 3 janvier 2023 à Ecully (Rhône), dans l'ouest lyonnais.
Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour "meurtre en bande organisée à la suite des tirs ayant occasionné le décès" du trentenaire. 
L'enquête a été confiée à la police judiciaire, a précisé le parquet, sans plus de détails.

J'ai vu une dizaine de jeunes courir et qui sont descendus vers les garages. Et ça criait, ça s'insultait et on n'a plus rien entendu

Une habitante du quartier

Il est 17 heures hier quand cette habitante d'Ecully, devant son ordinateur, entend des coups. "J'ai d'abord pensé à des pétards, mais le bruit était sourd". Et pour cause, une fusillade vient d'avoir lieu, avec au moins cinq coups de feu tirés selon des témoins, "à l'arme lourde de guerre type kalachnikov" nous apprend une source policière. L'éculloise, qui souhaite garder l'anonymat, se penche alors à sa fenêtre. "J'ai vu une dizaine de jeunes courir et qui sont descendus vers les garages. Et ça criait, ça s'insultait et on n'a plus rien entendu". Elle ne le sait pas encore, mais un homme de 32 ans vient d'être abattu par balles au pied de son immeuble.

"Ça n'a jamais été un délinquant"

Nous avons pu rencontrer un ami et ancien collègue de la victime. "C'était un choc de savoir qu'il a été tué par balles, s'émeut cet ami qui souhaite garder l'anonymat. Ça n'a jamais été un délinquant". Une source policière nous confirme que la victime, kosovare, n'avait pas de casier judiciaire et était uniquement connue de la police pour détention de produits stupéfiants. Selon l'ami de la victime, "il fumait un petit peu mais c'est pas un mec qui vendait du shit ou qui était dans le milieu de la délinquance. Il a toujours travaillé".

Pas de piste privilégiée dans l'enquête

Selon la police, toutes les pistes sont étudiées. "L'usage de la kalachnikov est courant dans les règlements de compte liés aux trafics de produits stupéfiants, constate une source policière, mais dans le règlement de compte communautaire également".

L'ancien collègue de la victime apporte quant à lui un autre éclairage sur cette fusillade. "Il voulait défendre son frère parce qu'il y a eu une bagarre. Il est descendu pour se battre contre les mecs qui ont fracassé son frère. Et voilà, ils sont revenus et lui ont tiré dessus".

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour "meurtre en bande organisée".