Guerre en Ukraine : quelques centaines de personnes rassemblées à Lyon, deux ans après le début du conflit

Plusieurs associations ont organisé, ce samedi 24 février, un rassemblement à Lyon en soutien au peuple ukrainien, deux ans après le début de l'invasion du pays par la Russie. Environ 300 personnes étaient réunies Place Bellecour.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'hymne national ukrainien a résonné sur la place Bellecour, ce samedi 24 février, à Lyon. Ils étaient environ 300 personnes à s'être réunis pour ce triste anniversaire. Leur message :  "N'oublions pas l'Ukraine". 

"Ce n'est plus vraiment à la mode de parler de l'Ukraine. C'est un conflit qui dure depuis deux ans donc on ne va pas en parler tous les jours mais il ne faut jamais oublier. Au début il y avait beaucoup de rassemblements mais au fil du temps, il y en a moins eu", confie Kostiantyn Achkasov, un Lyonnais d'origine ukrainienne. "Des soldats risquent leur vie, les bombardements civils ne s'arrêtent pas. Il faut trouver un moyen de parler de l'Ukraine". 

"L'Ukraine se bat toujours" 

Daria Achkasova, réfugiée ukrainienne, est remplie d'émotions en racontant son histoire. "C'est difficile pour moi parce que ma famille est restée en Ukraine. Pour le moment, je suis réfugiée ici, avec mon oncle et ma grand-mère". Malgré ses larmes, la jeune femme garde espoir. "Les Français sont solidaires. Ça me fait plaisir qu'il y ait beaucoup de monde. C'est difficile mais ça m'aide. J'aimerais que la guerre cesse pour rentrer chez moi et retrouver ma famille".

Depuis deux ans, les associations de soutien à l'Ukraine se mobilisent à Lyon. Ce samedi, elles déplorent une certaine lassitude de la part de la population. "C'est la troisième année de guerre qui commence et on a pu noter dans l'opinion qu'il y avait une certaine fatigue. Elle n'est pas nouvelle, elle dure depuis environ un an mais on est là pour rappeler que l'Ukraine se bat toujours", raconte Mykola Cuzin, président de l'association Ukraine 33.

Deux ans après l'invasion de l'Ukraine, le jaune et le bleu flottaient dans le ciel comme un cri d'alarme et un énième appel.