Harcèlement à l'école : une victime lyonnaise témoigne

Le harcèlement scolaire touche 1 enfant sur 10 en moyenne en France, selon le ministère de l'éducation. / © Johan Ben Azzouz / Maxppp
Le harcèlement scolaire touche 1 enfant sur 10 en moyenne en France, selon le ministère de l'éducation. / © Johan Ben Azzouz / Maxppp

A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, nous avons recueilli le témoignage d'une victime lyonnaise. Sa mère et l'association "Hugo" appellent à un rassemblement ce jeudi 8 novembre à Lyon.  

 

Par Mathieu Boudet

Elle a 9 ans, et son calvaire a duré plus de 3 ans. Une jeune fille témoigne après avoir été harcelée dans son école, à Lyon. 

 

"Je voulais mettre fin à mes jours"


Elle témoigne anonymement, nous l'appellerons Marie. Elle a été harcelée dès le CP, par une élève de l'école. "Elle m'a enfermé plusieurs fois dans les toilettes, et m'obligeait à faire pipi. Si je refusais, elle baissait mon pantalon devant tout le monde. Elle avait fait une chanson, qui disait que j'avais de grosses fesses, de gros seins et un gros ventre. (...) Je ne voulais plus aller à l'école, et je voulais mettre fin à mes jours", affirme-t-elle.   


 

Une proposition de loi


Marie a caché sa situation plusieurs années, par peur des représailles, puis elle a fini par parler à ses parents. Sa mère a rejoint l'association "Hugo", créée par un lyonnais, lui-même victime de harcèlementpendant ses études. La mère de Marie et l'association Hugo travaillent sur une proposition de loi pour obliger à dénoncer les brimades à l'école. Interpellé cette semaine à l'Assemblée, le Ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, pourrait reprendre l'idée dans sa future réforme. 


 

Un fléau mondial


Le harcèlement scolaire touche 1 enfant sur 10 en France, et 1 sur 3 dans le monde. Le phénomène est souvent aggravé par les réseaux sociaux sur internet. Pour y faire face, le gouvernement met à disposition des victimes ou de leurs proches divers outils et conseils sur le portail service-public.fr. Il rappelle également les peines encourues pour les responsables d'harcèlement : jusqu'à 18 mois de prison et 7 500€ d'amende pour un mineur coupable. 


A l'occasion de la journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, l'association Hugo appelle à une manifestation ce jeudi 8 novembre, à 18h30 devant la gare des Brotteaux à Lyon, pour dénoncer ce phénomène.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La Ville de Lyon ferme le local du Bastion Social

Les + Lus