La Haute-Savoie est le département français avec la plus forte croissance démographique, l'Allier perd des habitants

Le dernier recensement mené par l'Insee en Auvergne-Rhône-Alpes a été rendu public le 29 décembre. Le bassin genevois connaît une très forte croissance démographique, à l'inverse de l'Allier et du Cantal. 

Dans le bassin genevois, ici la ligne de tramway entre Annemasse et la Suisse, de nombreux ménages viennent s'installer en raison du dynamisme économique.
Dans le bassin genevois, ici la ligne de tramway entre Annemasse et la Suisse, de nombreux ménages viennent s'installer en raison du dynamisme économique. © Grégory YETCHMENIZA / MAXPPP

C'est une carte qui en dit beaucoup sur l'attractivité des territoires. L'Insee a rendu public son dernier recensement national le 29 décembre. En Auvergne-Rhône-Alpes, qui comptait 7 994 459 habitants au 1er janvier 2018, la croissance démographique est supérieure à la moyenne nationale. Entre 2013 et 2018, elle a gagné environ 47 400 habitants par an en moyenne, "soit plus que la population de Bourg-en-Bresse" pointe l'Insee. Cette croissance annuelle moyenne de + 0,6 % est supérieure à la moyenne nationale (+ 0 4 %). Mais la situation est très disparate selon les départements. 

 

La Haute-Savoie, en tête du classement

C'est LE département français qui connaît le plus fort taux de croissance démographique, ex-aequo avec cinq autres départements métropolitains. La Haute-Savoie a enregistré un taux de croissance de sa population de 1,2% entre 2013 et 2018.

"Ce qui caractérise la Haute-Savoie, c'est d'être très bien placé pour les deux indicateurs : le solde naturel et le solde migratoire. La population haute-savoyarde est en moyenne moins âgée que le reste du pays, ce qui favorise les naissances. On a aussi un solde migratoire largement excédentaire dans les tranches d'âges de la population active. Quand on regarde l'aire d'attraction de Genève-Annemasse côté français, c'est la plus forte croissance démographique en France avec 1,8% par an", confie Yann Leurs, chef de la division étude économique à l'Insee en Auvergne-Rhône-Alpes. 

Autre élément intéressant, parmi les 18 bassins de vie recensés en Haute-Savoie par l'Insee, un seul enregistre une croissance démographique négative. "Il s'agit de la vallée de Chamonix à partir de Passy", note Yann Leurs.

Le Puy-de-Dôme et la Drôme sont de plus en plus attractifs

Les confinements liés à l'épidémie de Covid-19 accentueront peut-être ces données dans le prochain recensement de l'Insee. Entre 2013 et 2018, le Puy-de-Dôme et la Drôme ont vu leur croissance démographique s'accélérer par rapport à la période précédente 2008-2013. Ce sont les seuls départements de la région dans ce cas de figure. "Le Puy-de-Dôme et la Drôme font exception, grâce à une hausse de leur solde migratoire. En effet, si les soldes naturels de tous les départements diminuent, ou stagnent, le solde migratoire est plus disparate", note l'Insee.

C'est un signe que de plus en plus de ménages désirent s'installer dans des départements avec un vrai accès à la nature, tout en restant proche de bassins d'emplois dynamiques comme Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) ou Montélimar (Drôme).

L'Allier et le Cantal perdent des habitants

Ces deux départements très ruraux sont les deux seuls de la région à perdre des habitants. Le solde naturel est déficitaire dans l'Allier et le Cantal. Ce qui signifie que le nombre de décès y est supérieur à celui des naissances, "du fait d’une population vieillissante" note l'Insee. On retrouve ce cas de figure en Haute-Loire et dans l'Ardèche, mais dans ces deux derniers départements le solde migratoire excédentaire compense ce déclin démographique naturel. Ce n'est pas le cas dans l'Allier où le nombre d'exodes de ménages est également supérieur à celui des installations de nouveaux habitants. Dans le Cantal, le solde migratoire est légèrement bénéficiaire, mais cela ne suffit pas à compenser la faible natalité. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
démographie société