Traquer les fuites d'eau à travers les conduites d'eau de la métropole de Lyon dans le Rhône, c'est le job de Julien. Et en cette période de mesure de restrictions d'utilisation d'eau, Julien a beaucoup de travail. La métropole de Lyon c'est 4000 km de tuyaux remplis d'eau.

Julien est traqueur de fuites d'eau pour la métropole de Lyon dans le Rhône. Il parcourt des milliers de kilomètres de conduits à la recherche d'une fuite. En cette période de grosse chaleur et de restrictions d'utilisation d'eau, autant dire qu'il a beaucoup de travail.

Son terrain de chasse : 4000 km de tuyaux remplis d'eau :"On ne peut pas les voir mais on les écoute".
La journée commence pour Julien. Il est à Meyzieu dans le Rhône. Pour chercher les fuites dans les canalisations, à chaque intervention, il faut taper 3 coups avant de sonder le sol. Deux capteurs sonores sont positionnés à 100 mètres d'intervalle et placés sous le bitume. Ces capteurs mesurent le bruit produit par l'eau à travers les conduites. "Si jamais il y a une fuite, il y a un bruit qui est émis, et l'ordinateur peut en détecter la position exacte. Et bien sûr s'il n'y a pas de bruit, on considère qu'il n'y a pas de fuite."
 


Ce mercredi matin justement, une équipe de dix techniciens s'affaire pour réparer une fuite localisée sur le réseau, dans une rue de Meyzieu, près de Lyon.
Le chantier est conséquent. Il a fallu mettre à nu un tuyau en fonte de 50 cm de diamètre. "Les fortes chaleurs ont modifié en profondeur la structure des sols et les conditions de travail" précise Julien.

La situation n'est pas critique mais les autorités appellent à la vigilance. 250 000 m3 d'eau sont distribués chaque jour dans la métropole depuis un poste de contrôle sécurisé,  L'équation n'est pas simple, il faut limiter les pertes tout en diminuant les prélèvements dans le sous-sol.
"Depuis la mise en place de l'arrêté sécheresse", explique Thierry Roque, le directeur de l'eau du Grand Lyon "nous limitons les prélèvements sur la nappe de l'Est lyonnais qui alimente une bonne partie de l'est de la métropole. Nous assurons aussi une surveillance de cette même nappe. Aujourd'hui le niveau est très au-dessus du seuil d'alerte."
 

Depuis le courant du mois de juin, les recherches de fuite se sont intensifiées. Les pompages dans la nappe phréatique de l'Est lyonnais ont été diminués de moitié pour la maintenir à niveau.