Les femmes politiques lyonnaises dans la rue pour manifester contre les agressions sexuelles

Publié le
Écrit par Arnaud Jacques
Marche nocturne dans le cadre de la journée internationale pour l'élimination de la violence l'égard des femmes organisée à Mulhouse le 25 novembre 2021.
Marche nocturne dans le cadre de la journée internationale pour l'élimination de la violence l'égard des femmes organisée à Mulhouse le 25 novembre 2021. © DAREK SZUSTER / MAXPPP

285 femmes collaboratrices du monde politique, dont une douzaine de lyonnaises, signent une tribune "Pour un #MeTooPolitique". A l'occasion de la journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, une manifestation se déroulera à Lyon samedi.

Depuis quelques années, les scandales pour agressions sexuelles s'enchaînent dans les couloirs du pouvoir. Des actes commis par des hommes se sentant autorisés à agir ainsi, dans un total sentiment d'impunité. Mais l'image de Dominique Strauss-Kahn menotté par la police américaine en 2011 a marqué les esprits et libéré des victimes du silence. Cette semaine a été marquée à nouveau par des témoignages. Tout d'abord dimanche, dans l'émission C Politique sur France 5, où l'ex-cheffe de cabinet du maire de Lyon, Ninon Guinel, a révélé avoir été agressée sexuellement lorsqu'elle travaillait au Sénat. Et puis jeudi soir, 25 novembre, journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, où cinq victimes présumées ont accusé, dans l'émission Envoyé Spécial sur France 2, Nicolas Hulot de viol et agression sexuelle.

De l'élu local à la tête de l'Etat, tous concernés

Dans une tribune "#MeToo politique", 285 élues appellent "le monde politique à une réponse d’ampleur aux violences sexuelles et sexistes commises par nos représentants". Selon elles, des maires, des conseillers dans les départements et régions, des parlementaires ainsi que trois candidats ou potentiels candidats à la présidentielle sont mis en cause dans des affaires d'agression sexuelle. "C’est dire à quel point la condition des femmes et des victimes leur est indifférente" ajoutent-elles.

Pour l'ancienne collaboratrice du Sénat Ninon Guinel, l'image de ces hommes doit changer. "On romantise ces hommes en les qualifiant de séducteurs, d'hommes à femmes, de charmeurs pour que les femmes n'aient pas le sentiment d'être des victimes. Mais derrière ces qualificatifs se cachent souvent quelque chose de plus grave."

Dans leur plaidoyer, les élues appellent les partis politiques à prendre leurs responsabilités. Parmi ces élues figurent une vingtaine de lyonnaises de la métropole et de la ville de Lyon (Camille Augey, Vinciane Brunel Vieira, Catherine Creuze, Florence Delaunay, Victoire Goust, Anne Grosperrin, Aline Guitard, Véronique Moreira, Sophie Pecourt, Marie Pochon, Sophia Popoff, Sonia Zdorovtzoff).

Une manifestation pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

La plupart de ces élues rejoindront le Collectif Droits des Femmes samedi à 14 heures, depuis la place Bellecour à Lyon, pour une manifestation à l'occasion de la journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Ce collectif dénonce des violences "issues du patriarcat qui est un système inégalitaire fondé sur un rapport de domination des hommes sur les femmes".

Pour Marion Ghibaudo, membre de ce collectif, "le schéma est toujours le même. Que ce soit en politique, dans le sport, les médias ou le spectacle vivant, c'est toujours le même processus. L'agresseur dit "si tu dis quelque chose, j'arrête ta carrière". Nous dénonçons un système sexiste où les personnes puissantes font ce qu'elles veulent" puis de s'inquiéter pour l'avenir: "ces modèles ont en effet destructeur sur les jeunes générations."

Son collectif rappelle que les violences sont diverses, "allant du sexisme au quotidien aux violences conjugales, des violences psychologiques au harcèlement sexuel, du viol aux violences gynécologiques et obstétricales, des atteintes au droit à l'IVG aux stérilisations forcées...". Demain sera une marche de plus vers l'égalité entre les femmes et les hommes.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.