Lyon : le corps de la femme ligotée retrouvé dans le Rhône en cours d'identification

Le corps a été repêché par les pompiers dans le Rhône près du pont Galliéni / © Patrick Perrel/ France 3 Rhône-Alpes
Le corps a été repêché par les pompiers dans le Rhône près du pont Galliéni / © Patrick Perrel/ France 3 Rhône-Alpes

Après la découverte du corps d'une femme mercredi 30 octobre dans le Rhône, à Lyon, l'autopsie a confirmé une mort violente. Les mains et les pieds de la jeune femme étaient ligotés. Une analyse ADN doit permettre de confirmer ou d'infirmer la piste d'une escort girl lyonnaise de 23 ans.

Par Myriam Figureau / Mathieu Boudet

Qui est la femme dont le corps a été retrouvé mercredi 30 octobre, dans le Rhône ?  Une analyse ADN est en cours, et les services de police refusent toute communication sur ses éventuels résultats à ce stade, "compte tenu du caractère criminel de l'enquête". Pour le parquet de Lyon, l'affaire est particulièrement délicate.

 

Une escort girl de 23 ans ?


Selon nos confrères du Progrès, le corps pourrait être celui d'une excort girl lyonnaise de 23 ans, qui avait été portée disparue le 23 octobre dernier. Une analyse ADN a été réalisée et devait permettre, ce samedi 2 novembre, de confirmer ou d'infirmer cette piste. De source judiciaire, l'autopsie réalisée jeudi avait confirmé l'hypothèse d'une mort violente "avec intervention d'un tiers". Les membres supérieurs et inférieurs de la victime avaient en effet été attachés. En revanche, contrairement à de premières informations erronées rapportées peu après la découverte du cadavre, sa tête n'était pas couverte d'un sac plastique. 

 

Macabre découverte


La découverte avait été constatée par les pompiers du Rhône, qui avaient été appelés mercredi 30 octobre, en début d'après-midi, par des témoins ayant aperçu le corps dérivant dans le Rhône à hauteur du pont Galliéni, dans le 7e arrondissement de Lyon. Les plongeurs du Service Départemental d'Incendie et de Secours de Lyon ont alors alerté la police et le parquet de Lyon, après avoir constaté la présence de liens sur les poignets et les pieds de la jeune femme.


Une enquête est ouverte depuis hier du chef d'"homicide volontaire" et a été confiée à le Direction Interrégionale de la Police Judiciaire.

 

Sur le même sujet

Les + Lus