• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : un chauffeur TCL lance une pétition en ligne pour réclamer des vitres anti-agression

A l'origine de la démarche, la violente agression d'un conducteur de la ligne 37, le 24 août, à Vaux-en-Velin. / © F3RA
A l'origine de la démarche, la violente agression d'un conducteur de la ligne 37, le 24 août, à Vaux-en-Velin. / © F3RA

Suite à l'agression au marteau de l'un de ses collègues, un conducteur de bus de l'agglomération lyonnaise se mobilise sur internet... Publiée lundi, sa pétition, en faveur de vitres anti-agression pour protéger les chauffeurs, a déjà réuni 300 signatures.

Par Sandra Méallier

Samedi 24 août, dans la soirée, un chauffeur de bus des Transports en Commun Lyonnais était sauvagement attaqué à coups de marteau alors qu'il était au volant de son véhicule... Une nouvelle agression qui a déclenché cette réaction chez l'un de ses homologues : la mise en ligne sur Change.org, d'une pétition réclamant l'installation de vitres assurant la sécurité des agents.

Le principe est simple : l'équipement, intégré à l'espace de conduite, peut être déclenché si le chauffeur se sent en danger. La vitre se lève, elle isole du reste du bus et résiste à des coups ou des jets de projectiles.

Un appel émouvant

La pétition, anonyme, ressemble plus à une supplique qu'à une revendication corporatiste. Le salarié ne s'adresse pas directement aux responsables des transports publics lyonnais, mais d'abord à ses proches.

"Mes enfants d'amour, mon Amour, je pars travailler (...). Je ne rentrerai peut être pas (...)", écrit l'auteur. "C'est parce que mon métier est dangereux et que je vais peut être y laisser ma vie ou être infirme ... je suis Conducteur de Bus à Lyon". 

Des faits plus violents

S'en suit la liste des dernières agressions subies par des agents des TCL dans l'exercice de leur métier. Selon le syndicat FO, 50 conducteurs et contrôleurs ont été la cibles d'atteintes physiques depuis avril dernier.

Un chiffre en baisse de 7% par rapport à l'année 2018, mais les gestes sont de plus en plus violents et les conséquences graves. L'auteur de la pétition lui-même a passé deux mois en arrêt maladie suite à des coups de matraques.

Des vitres anti-agressions, vite !

Face à ce constat, la pétition réclame l'installation de systèmes de protection dans les bus. "Ces vitres anti-agression nous en avons besoin, car il est temps d'arrêter ce processus violent avant qu'il ne soit trop tard", prévient l'auteur.

Un dispositif qui viendrait s'ajouter aux moyens déjà en place : un systême d'alerte que chaque conducteur peut actionner, des agents de sécurité présents sur les lignes, 7500 caméras de vidéosurveillance installées dans les véhicules et aux arrêts et reliées au PC de la Part-Dieu...

Suite à des essais et à des échanges avec des réseaux de transport qui les ont adoptées, la société KEOLYS, opérateur des TCL, n'a pas été convaincue de l'efficacité des vitres anti-agression. Certains agents eux-mêmes ne les ont pas jugés concluants.

A lire aussi

Sur le même sujet

Loire : Joe Da Silva amoureux de la Coccinelle

Les + Lus