Lyon “Euro-métropole” : L'opposition municipale divisée

Des lignes de fracture apparaissent dans l'opposition municipale à Lyon après l'annonce d'un projet de scission du département du Rhône pour créer une "Euro-métropole ". L'UMP et les centristes sont divisés.

Par Philippe Bette

  • Francois Noël Buffet ( Président du groupe "Ensemble pour le grand Lyon "- Opposition municipale UMP) : "La constitution de la métropole d’intérêt européen (MIEU) est annoncée par voie de presse aujourd’hui. Depuis 5 ans, je ne cesse de dénoncer le mépris que Gérard Collomb a pour les élus. Nous sommes arrivés là à son paroxysme ! Est-il normal dans une démocratie où les institutions sont représentées pas des élus du peuple que l’avenir d’un territoire se décide sans les consulter ? Elus de la majorité et de l’opposition peuvent-ils accepter d’être considérés avec autant de dédain ?
    A
    vec ce tour de passe-passe, le Grand Lyon, grâce à son président, va hériter de nombreuses charges financières dont la garantie d’emprunt donnée à la foncière du Montout (40 millions d’euros), le Musée des Confluences, Rhônexpress, les emprunts toxiques du Conseil général, le TOP…
    Comment va-t-on payer ? Une fois de plus, je dénonce la gouvernance du Grand Lyon."

     
  • Christophe Geourjon (Président du groupe d'opposition  municipale "Centristes et et démocrates pour Lyon-UDI): "Oui, Michel Mercier et Gérard Collomb ont raison de vouloir créer la Métropole Lyonnaise ! La fusion du Conseil Général et du Grand Lyon doit permettre une simplification et donc une plus grande efficacité. Cette nouvelle organisation doit permettre de faire mieux à moindre coût (...).
    Elle impose de repenser le rôle des arrondissements. Sinon, la technostructure  prendra le dessus, éloignant les lyonnais de leurs élus.
    Oui,il est indispensable, pour parachever cette nouvelle organisation, dès la mise en place de la Métropole, de donner aux arrondissements l'ensemble des dossiers de proximité et de transférer à la Métropole les dossiers plus globaux liés au développement.
    Dès lors, la mise en place de la Métropole imposera une suppression concomitante de l'échelon Ville de Lyon.
    Ouvrons ce débat en toute transparence et non dans le secret des alcôvesministérielles. Nous n'avons plus ni le droit ni les moyens de faire l'autruche et de refuser de voire que le monde bouge par intérêt personnel ou calcul politique. Il y a là une urgence démocratique et un enjeu d'efficacité."​ 

     
  • Gilles Buna (Europe Ecologie Les Verts): "Je me félicite des propositions faites par Michel Mercier et Gérard Collomb car elles vont offrir plus de clarté pour les habitants et plus de simplicité pour la lecture des compétences territoriales en supprimant les doublons.
    J’ai toujours soutenu avec Europe Ecologie – Les Verts la disparition des Conseils généraux en milieu urbain. 
    Je salue le courage et l’intelligence politique de Gérard Collomb et de Michel Mercier qui marquent, par leurs propositions, une réelle ambition pour notre territoire.
    Il conviendra à court terme d’examiner les questions financières, donc du personnel et des structures à adopter pour organiser ce transfert de compétences au niveau du Grand Lyon.
    Enfin, à plus long terme, se posera la question des modalités d’élection des Conseillers communautaires et du Président du Grand Lyon au suffrage universel direct.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus