• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : des femmes victimes de l'implant contraceptif Essure envisagent une plainte contre l'Etat

L'implant contraceptif Essure, du laboratoire Bayer, est la cible de l'action en justice d'une trentaine de femmes à Lyon et en Isère / © V. Benais / France 3 Rhône-Alpes
L'implant contraceptif Essure, du laboratoire Bayer, est la cible de l'action en justice d'une trentaine de femmes à Lyon et en Isère / © V. Benais / France 3 Rhône-Alpes

A Lyon une trentaine de femmes qui se disent victimes d'un implant contraceptif Essure du groupe Bayer, se sont réunies dans le bureau de leur avocat pour envisager les suites judiciaires. Elles présentent toutes des symptômes très lourds, liés selon elles à la pose de cet implant. 

Par Renaud Gardette, avec Valérie Benais

"On est détruites !" : c'est le cri d'une victime, parmi d'autres. A Lyon, une trentaine de femmes se sont réunies dans le bureau de leur avocat Me Stephen Duval et le cabinet Lyris. Elles portent toutes un implant contraceptif définitif "Essure" du laboratoire Bayer, et elles présentent toutes des symptômes très lourds : une énorme fatigue, des acouphènes, une perte de cheveux, de dent, une diminution de la vision, de la mobilité etc.
 

Bientôt une plainte contre l'Etat ?

Pour le cabinet d'avocats lyonnais,"le plus marquant, c'est que la liste des symptômes, très longue, est la même pour de nombreuses victimes." Des actions individuelles sont en cours et non une action de groupe, car des actes médicaux spécifiques sont à réaliser. Le cabinet attend un rapport d'expertise pour envisager une procédure sur le fond. Pour l'instant des demandes d'indemnisation sont lancées. Le cabinet envisage surtout une procédure contre l'Etat et contre l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) car il y a eu plusieurs étapes dont la mise sur le marché de l'implant ainsi que la remontée et le traitement d'informations.
 

Un ressort polémique

"Essure" est un dispositif médical de stérilisation définitive, et irréversible, sous la forme d'un ressort expansible en nitinol (nickel-titane) et de fibres de polyethylène (PET) placé au niveau des trompes de Fallope. Commercialisé à partir de 2002, le dispositif Essure n’est plus commercialisé en France depuis le 18 septembre 2017. La plupart des victimes présenteraient une allergie au nickel, l'un des composants de l'implant. Mais selon le cabinet lyonnais, "la problématique est plus générale. Il y a toutes sortes de métaux lourds en plus du nickel."
 

Le reportage de Valérie Benais, Sylvie Adam et Stéphane Trenteseaux :

 
Une trentaine de victimes de l'implant Essure de Bayer se sont réunies à Lyon pour une action en justice
 

Des effets secondaires multiples


En mars 2018 l'association Resist avait déjà assigné dans une action de groupe, devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny le Laboratoire Bayer Healthcare afin de démontrer la défectuosité du produit et le défaut d’information concernant les implants "Essure". Plus de 2.000 femmes ont pris contact avec cette structure sur un total d'environ 200.000 porteuses de l'implant dans le pays.

Selon l'association "les données disponibles issues des signalements d’effets indésirables effectués auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) permettent de considérer que la majorité des femmes porteuses du dispositif ne présentent aucun symptôme. (...) Si vous présentez des symptômes gynécologiques (saignements anormaux, douleurs pelviennes, abdominales ou lombaires), des symptômes généraux (fatigue, anxiété, dépression, signes allergiques, troubles thyroïdiens, ORL, neurosensoriels, digestifs, articulaires, musculaire), il vous est conseillé de consulter votre médecin traitant ou votre gynécologue." L'association recommande surtout de déclarer les effets secondaires en ligne aux autorités de santé.

 

Sur le même sujet

2nde manche du Slalom géant dames des Championnats du monde de ski alpin d'Åre 2019

Les + Lus

Les + Partagés