• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : 30 arrestations après des violences et des voitures incendiées en marge de France-Croatie

© Ph.Bette
© Ph.Bette

A Lyon, 30 personnes ont été arrêtées dont 18 pour vols avec effraction après la victoire de la France en finale de la Coupe du monde. Des casseurs qui ont profité de la liesse générale pour brûler des voitures et piller des magasins. Un mineur a été gravement blessé à l'oeil dans ces incidents.

Par Philippe Bette

Ce devait être une fête bon enfant, mais elle s'est terminée dimanche soir, à Lyon, dans l'atmosphère suffocante des grenades lacrymogènes. Elle s'est par ailleurs traduite tout au long de la soirée par de nombreux blessés, atteints par des jets de projectiles divers. Un mineur de 17 ans a été grièvement blessé au visage. Il pourrait perdre l'usage de son oeil. Une plainte contre X a été déposée lundi matin. 

D'autres victimes font état de blessures sévères à cause de canettes de bière projetées en l'air ou de gros pétards balancés sur la fan-zone. L'une d'entre elles a perdu trois doigts, un autre explique qu'il a dû se faire recoudre la poitrine sur plusieurs centimètres après avoir reçu une bouteille ... Cet habitant de Villeurbanne ne comprend pas comment des bouteilles en verre ont pu échapper à la vigilance sur cet espace dit "sécurisé" .     
   
   
 

Les forces de l'ordre ont dû intervenir à de nombreuses reprises dimanche,  aussitôt la retransmission terminée, place Bellecour. Des "casseurs" se sont mêlés à la foule en liesse. Juchés sur un camion "plateforme" de la ville de Lyon, utilisé pour empêcher les intrusions sur la zone sécurisée, ils ont commencé à le vandaliser et brisé vitre et pare-brise.

Ils ont ensuite affronté les forces de l'ordre massées rue de la Barre. Les canettes de bière ont alors fusé de toutes parts atteignant à la tête une passante qui se trouvait là. La police a alors riposté à coups de lacrymogènes pour disperser ce groupe d'une centaine d'individus, dont certains cagoulés. 

Les tensions se sont un moment aussi cristallisées place Bellecour où un mineur de 17 ans a été grièvement blessé au visage dans un mouvement de foule sous la statue de Louis XIV. Selon les premiers témoignages, il aurait été atteint par un tir de flash-ball de la police. Il pourrait perdre définitivement l'usage de son oeil. Son avocat, Me Michel Tallent a porté plainte contre X dès lundi matin. Il demande la saisie de la vidéo-protection pour préciser ses accusations.

Questionné à ce sujet, le préfet  de région Stéphane Bouillon se veut prudent : "On verra si c'est un tir des forces de l'ordre, un tir direct par rebond ou si c'est le fait des casseurs". Pour lui, toute la difficulté consistait à isoler "les trublions" des supporters, leur jeu consistant précisément à se fondre dans la foule en liesse, pour échapper aux poursuites . "Notre priorité, explique-t-il,  était d' interdire aux casseurs l'accès à la place des Terreaux et à la place des Jacobins " pour limiter les troubles à l'ordre public.

De fait, tout au long de la soirée, les casseurs se sont livrés à une guerre de position avec la police entre la rue de la République et la place de la Bourse. Ici des poubelles, du mobilier urbain, un deux roues ont été brûlés . Plusieurs voitures ont été incendiées Cours Gambetta , 26 au total dont certaines par propagation.

 
 

La police a attendu le milieu de la nuit pour procéder à une trentaine d'interpellations, dont 18 pour vols par effraction. Plusieurs vitrines ont été vandalisées, des magasins pillés. La plupart des arrestations concernent des individus d'une vingtaine d'années ayant déjà eu affaire avec la justice pour vols, violences sur personnes dépositaires de l'ordre public et dégradation de véhicules. Ils ont été placés en garde à vue.              

370 policiers , gendarmes mobiles, CRS et policiers de la BAC avaient été mobilisés pour la soirée. Onze d'entre eux ont été légèrement blessés dans les différentes interventions. 

Le compte-rendu de Jean Perrier et Mathieu Boudet (JT 12/13) 

Les précisions d'Isabelle Gonzalez et Laure Crozat (JT 19H) : 

  
                                                                           

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : malgré le retour de la pluie, les cultures peinent à se remettre de la sécheresse

Les + Lus