Lyon : il va ouvrir son restaurant pour protester contre les restrictions

Philippe Vieira, un restaurateur de Villeurbanne, a décidé d'ouvrir son restaurant lundi 1er février, bravant l'interdiction pour cause de crise sanitaire. Il appelle également ses confrères à venir manifester devant son établissement. 

D'autres restaurateurs ont ouvert leurs portes illégalement récemment, et un mouvement sur les réseaux sociaux appelle à un mouvement de désobéissance civile lundi 1er février.
D'autres restaurateurs ont ouvert leurs portes illégalement récemment, et un mouvement sur les réseaux sociaux appelle à un mouvement de désobéissance civile lundi 1er février. © Eric Ottino / Maxppp

En ces temps de Covid, ouvrir un restaurant est un acte politique. Le restaurateur Philippe Vieira, propriétaire de l'espace-restaurant 229 Zola à Villeurbanne, ouvrira son établissement lundi 1er février, pour protester contre les restrictions sanitaires qui empêchent l'ouverture des lieux de restauration. 

 

Protocole sanitaire à table

A midi, lundi -si les autorités ne s'interposent pas- une cinquantaine de clients pourraient être servis dans le restaurant de M. Vieira. Le propriétaire assure qu'un maximum de mesures sanitaires sera respecté : "la salle fait 400m2, et on va appliquer un protocole strict avec port du masque, contrôle de température et espace entre les tables", énumère-t-il. L'ouverture n'en est pas moins illégale, et il risque une lourde amende ainsi qu'une fermeture administrative temporaire de son établissement. Mais pour lui, cette ouverture est un acte militant. "Bien sûr que j'ai peur", admet-il, mais "il faut qu'on soit entendu, je suis convaincu qu'il y a un espace pour une activité, même si on ne doit servir que 2 clients !"

 

"On n'a pas de perspectives"

Cette ouverture est avant tout symbolique, pour faire entendre le désespoir de sa profession : "on ne voit pas le bout du tunnel, on n'a pas d'espoir, pas de perspectives", déplore-t-il. "On est devenu des invisibles, tout ce qu'on demande c'est de pouvoir travailler." Il conteste le rôle des lieux publics dans la propagation de la pandémie : "on est fermé depuis plus de 3 mois et l'épidémie a explosé, ce n'est pas mon activité de restaurant qui propage l'épidémie." Et il s'oppose aux restrictions françaises visant à contenir le virus, s'appuyant sur une analyse inexacte : "Au Portugal, les restaurants étaient ouverts ces derniers mois, et le pays est très peu touché !", affirme-t-il. Le Portugal, après avoir effectivement relâché ses mesures restrictives, est précisément devenu l'un des pays les plus touchés au monde par la pandémie, et bat des records de mortalité. 

 

Mouvement national

Le restaurateur se veut le relais d'un mouvement né sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, un groupe de professionnels en colère, qui se nomme "Les ultras essentiels", lance un appel à ouvrir les restaurants le 1er février, ouvertement, pour se faire entendre.

 

Pour l'occasion, Philippe Vieira, également ancien candidat autonome aux précédentes élections municipales de Villeurbanne, appelle à une manifestation le 1er février devant son établissement. Des professionnels de la restauration, mais aussi de l'évènementiel et de la culture y sont attendus à partir de 11h.   

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie consommation