Lyon : les Nuits Sonores de retour pour une version estivale hors-série

Les Nuits Sonores vont faire vibrer les usines Fagor-Brandt et le HEAT à Lyon du 20 au 24 Juillet 2021. Le festival electro de renommée internationale avait du être annulé en 2020, puis reporté cet été pour une édition particulière, réadaptée aux contraintes de la crise sanitaire.
Les usines Fagor-Brandt temple de béton lyonnais accueilleront 5 soirées de concerts.
Les usines Fagor-Brandt temple de béton lyonnais accueilleront 5 soirées de concerts. © Nuits Sonores

Une version estivale, inédite des Nuits Sonores se déroule à Lyon du 20 au 24 Juillet. Traditionnellement programmés en mai, au moment du week-end de l'ascension, ces concerts qui attirent un public et des artistes internationaux ont été reportés pour la première fois au mois de Juillet. L'occasion de se réinventer, et d'écrire une nouvelle page du festival électro. 

Les pionniers : Laurent Garnier et Jeff Mills 

Laurent Garnier, figure incontournable de la scène française ouvre le festival avec la projection de son film Off The Record, en avant-première au cinéma Le Comedia à Lyon. En présence du réalisateur Gabin Rivoire mais également de Jeff Mills, artiste américain,  pionnier de la musique techno, Laurent Garnier reviendra sur l'histoire du mouvement et de la culture électro sur les trente années de sa carrière. C'est également lui qui clôturera une des soirées très attendues aux usines Fagor-Brandt le samedi 24 Juillet. 

Les usines Fagor-Brandt : piliers électro made in Lyon 

Même soumis à des contraintes sanitaires très contraignantes, les Nuits Sonores veulent conserver leur identité urbaine et ouverte "Les marqueurs forts de l’ADN du festival seront présents en guise d’ancrage : le décor urbain et l’esthétique industrielle, la volonté de faire la part belle à la scène locale, l’indépendance" peut-on lire en édito du programme. Principal changement : la concentration des concerts et évènements sur deux lieux .Les usines Fagor-Brandt temple de Béton et témoin majeur de l'histoire industrielle de Lyon, et le HEAT, halle culturelle et gastronomique du quartier de la Confluence.

5000 personnes sur 25 000 m2

"Nous avons une jauge de 5000 personnes sur 25 000 m2, avec beaucoup d'extérieurs et de grands volumes d'air" explique Pierre Marie Oullion, directeur artistique d'Arty Farty, producteur de l'évènement. "On a du gel hydroalcoolique sur 40 points, toute notre équipe est masquée, il y a des assises pour tout le monde." L'énumération à elle seule laisse deviner un très gros travail de production. "Ce qu'on fait en dix mois habituellement on a dû le faire en trois mois et le plus difficile c'était de s'adapter aux changements permanents." 

La nouvelle scène : très féminine 

"On arrive presque à la parité dans notre programmation, c'est une révolution", s'enthousiasme Pierre Marie Oullion.  La mise en place de formations avec des artistes exclusivement féminines et l'émergence de collectifs de femmes sur la scène électro leur permettent de gagner en visibilité. Parmi les têtes d'affiche attendues Jennyfer Cardini, Anetha et LALA &CE. Cette dernière, venue de Bron, a entamé une carrière fulgurante. Issue du rap, elle a conquis Londres avec un univers queer, métisse et sensuel qui rencontre un large public. 

7 artistes sur dix issus de la scène locale 

Sur 123 artistes programmés au total sur 5 soirées, 70 % sont issus de la scène locale. De quoi valoriser et faire monter les nombreux talents et labels lyonnais. En parallèle de la programmation aux usines Fagor Brandt, des soirées gratuites sont organisées au HEAT. S'il reste des places pour les concerts en semaine, les soirées de vendredi et samedi affichent complet. Quant aux soirées gratuites sur inscription: elles se sont remplies en une heure, preuve de l'attente impatiente du public. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique festival événements sorties et loisirs nuits sonores