Lyon - Madame des Feuillants cultive l'esprit boudoir

On plonge dans l'atmosphère délicate et rétro de l'atelier-boutique de Madame des Feuillants. Installée rue Romarin, à Lyon, cette créatrice de bijoux fantaisie cultive l'esprit boudoir. Ses pièces sont réalisées à partir d'éléments chinés datant du Second Empire aux années 40.

© dr

Le boudoir sort de sa réserve


Le boudoir, petit salon réservé aux causeries féminines, a fait son apparition au 18e siècle, sous l'Ancien Régime. Ce salon se caractérise par son ambiance feutrée. Boudoir rime souvent pour le grand public avec couleurs délicates et poudrées, noeuds de satin, parfums précieux, plumes et éventails, meubles à secrets et autres bonheurs du jour. Une ambiance féminine devenue au fil du temps, un style ...  Mais pour beaucoup cette tendance "boudoir" rime avec "cocottes" et autres "demi-mondaines". Elles ont eu leur heure de gloire sous le Second Empire.

Ces figures de la Belle Epoque sont nées et ont prospéré sous Napoléon III. Parmi ces grandes prêtresses de mode, muses des couturiers, paruriers et bijoutiers : Cléo de Mérode, Liane de Pougy, la Belle Otero, la Païva, Hortense Schneider ou encore Emilienne d’Alençon... sous des noms de scène, ces élégantes qui lançaient les tendances ont défrayé la chronique, inspiré des écrivains comme Emile Zola pour son personnage de "Nana". En bref : "influenceuses" avant l'ère du web et des réseaux sociaux. 

Au 20e siècle, après la 2e guerre mondiale, la tendance "boudoir" s'est peu à peu limitée à la lingerie - corsetterie ou encore à la décoration intérieure.  Quelques pièces de vêtements, souvent orientalistes, symbolisent aussi cet "esprit" boudoir. On pense au kimono ou au caftan qui reviennent régulièrement dans les collections de haute-couture et prêt-à-porter. 
Meubles, miroirs, présentoirs, portraits ... l'atelier boutique de la rue Romarin est emprunt de cette atmosphère Belle Epoque. La maîtresse des lieux a apporté un soin particulier à l'ambiance.
Meubles, miroirs, présentoirs, portraits ... l'atelier boutique de la rue Romarin est emprunt de cette atmosphère Belle Epoque. La maîtresse des lieux a apporté un soin particulier à l'ambiance. © France 3 RA


Parfum de Belle Epoque et hommage aux Elégantes d'antan 

Aujourd'hui, créateurs et stylistes trouvent dans la période 1860 - 1940 (Fin de la IIIe République), une source intarissable d'inspiration. Un siècle bouillonnant qui évoque les expositions universelles, la mode parisienne et le luxe des grandes maisons. Bijoux, chaussures, robes de mariées, accessoires ... le rétro semble séduire une clientèle exigeante qui se détourne des signes extérieurs et clinquants des marques contemporaines. Les bijoux fantaisie de la créatrice lyonnaise "Madame des Feuillants" s'inscrivent dans cette tendance rétro chic. Un brin nostalgique. A ne pas confondre avec la mode vintage !

Les personnes qui viennent chez moi fuient le bling bling, résume Madame des Feuillants. Elles recherchent des créations originales, des pièces actuelles mises en valeur par la patine du temps.

Les références esthétiques de notre lyonnaise sont des noms aussi illustres que René Lalique, Jeanne Toussaint - surnommée La Panthère par Louis Cartier, ou encore Léon Hatot. Des personnalités qui ont émaillé l'histoire mondiale de la joaillerie et des arts décoratifs.
Les colliers, sautoirs, boucles et autres bracelets de Madame des Feuillants sont des hommages appuyés au goût de l'Impératrice Eugénie, à l'Art Nouveau, à l'Art Déco. Plus que de simples clins d'oeil, la créatrice chine chez des antiquaires des pièces et accessoires d'époque - boutons, boucles de ceinture ou de chaussure, ornements de corsage  - pour les intégrer dans ses créations, leur donner une seconde vie. Les matériaux : laiton, bakélite, strass, jade, pâte de verre... etc. Parmi les motifs à l'honneur figurent griffons, feuilles d'acanthe, têtes de lion, hirondelles.... Les grands classiques de l'Art Nouveau.  
durée de la vidéo: 00 min 52
chez Madame des Feuillants ©France 3 RA

Avec l'aide d'habiles apprentis, Madame des Feuillants, alias Catherine Saccard, réalise dans les règles de l'art, environ 1200 pièces par an. Du travail fait main qui nécessite plusieurs dizaines d'heures pour des ouvrages élaborés tels que les spectaculaires plastrons de jais. Bijoux et peignes sont parfois des pièces uniques et personnalisées pour ses clientes fidèles. Et Madame des Feuillants fédère : ses bijoux séduisent une large clientèle cosmopolite qui va de 16 à 80 ans. L'élégance n'a pas d'âge !

On en parle dans 9H50 le Matin Auvergne Rhône-Alpes

Pratique 
Madame des Feuillants 
23 Rue Romarin, 69001 Lyon
www.madamedesfeuillants.com

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
à l'antenne vos rendez-vous mode sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter