Lyon : nouvelle nuit de violences urbaines à Rillieux-la-Pape, un bus incendié

Nouvelle nuit de violences urbaines à Rillieux-la-Pape (Métropole de Lyon), ce samedi 27 mars au soir. Un bus TCL a été incendié et plusieurs voitures brûlées. Le maire Alexandre Vincendet dénonce "une bande mafieuse qui chaque jour voit son terrain reculer."

Nouvelle nuit de violences urbaines à Rillieux-la-Pape près de Lyon, samedi 27 mars au soir : un bus TCL a été brûlé ainsi que plusieurs voitures. Le maire (LR) Alexandre Vincendet dénonce "une bande mafieuse".
Nouvelle nuit de violences urbaines à Rillieux-la-Pape près de Lyon, samedi 27 mars au soir : un bus TCL a été brûlé ainsi que plusieurs voitures. Le maire (LR) Alexandre Vincendet dénonce "une bande mafieuse". © Julien Smati / Mairie de Rillieux-la-Pape

De nouvelles violences urbaines ont ébranlé le quartier des Allagniers à Rillieux-la-Pape près de Lyon, samedi 28 mars après 20h. Selon la mairie, 4 voitures ont été brûlées ainsi qu'un bus TCL.

Les photos publiées dans la nuit sur les réseaux sociaux montrent un bus calciné malgré l'intervention rapide des soldats du feu.

Selon le syndicat Sud des sapeurs-pompiers du Rhône, le bus TCL a été "totalement détruit". Les secours auraient subi "des jets de mortiers (encore et encore)." Des poubelles et un véhicule auraient aussi été incendiés à Saint-Priest.

Le quartier ne sera pas desservi ce dimanche

Selon une porte-parole des transports en commun de l'agglomération, le bus stationnait vers 20h30 au terminus d'une ligne quand son conducteur a vu s'approcher une vingtaine de personnes encagoulées portant des bidons. Il a voulu quitter l'arrêt mais des personnes se sont mises devant le bus, tandis que d'autres lui ont ordonné de descendre, avant de mettre le feu au véhicule. Le conducteur n'a pas été agressé physiquement, selon la porte-parole. C'est le chauffeur d'une autre ligne passant dans le quartier qui a donné l'alerte et ramené son collègue. Le secteur ne sera pas desservi ce dimanche. "C'était déjà compliqué depuis quelques temps, avec des caillassages, des agressions", a souligné la porte-parole.

"Un commando de spécialistes des violences urbaines"

Pour le maire de la ville Alexandre Vincendet, "les commandos du deal n'empêcheront pas Rillieux-la-Pape de renaître".

Sur son compte Facebook, l'élu indique que ses équipes ont inauguré hier une nouvelle médiathèque, L'Echappée, avec dans la foulée de cette ouverture, près de 200 nouvelles adhésions. Le soir-même, selon le maire, "un commando de spécialistes des violences urbaines a décidé une nouvelle fois de faire vivre aux Rilliards, 30 minutes d’un infâme déchaînement de violences." Le mât d’une caméra de vidéo protection aurait été endommagé "par une tentative de le scier à la disqueuse" selon M. Vincendet. Selon nos informations dans le même quartier, plusieurs gros projectiles auraient été découverts sur le toit d'un immeuble. Un groupe d'assaillants aurait tenté de tendre un piège aux forces de police avec des poubelles incendiées.

Une vidéo circule également montrant l'incendie du bus TCL.

"L’étau se resserre autour d’eux. La République vaincra"

M. Vincendet a tenu à réagir en dénonçant une nouvelle fois une bande en particulier: "Nous le savons tous à présent, ces actes injustifiables sont le fait d’une bande mafieuse qui chaque jour voit son terrain reculer et des complices être arrêtés par la Police Municipale et la Police Nationale. Jamais cette infime minorité n’arrivera à faire croire à quiconque sain d’esprit qu’elle est représentative de la jeunesse rilliarde, cette même jeunesse que j’ai vu toute la journée à la médiathèque L’Echappée, enthousiasmée par un équipement public dont elle est la première bénéficiaire. De plus en plus d’habitants, excédés par la situation, nous donnent des informations sur ce groupe criminel. L’étau se resserre autour d’eux. La République vaincra!"

Rillieux-la-Pape, "quartier de reconquête républicaine" depuis janvier, a connu plusieurs épisodes de violences urbaines ces derniers mois et son maire a fait l'objet de menaces, à l'instar de celui de la ville voisine de Bron, sur fond de lutte renforcée contre le trafic de stupéfiants, associant polices nationale et municipale.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers polémique société transports économie