Lyon (Rhône) : les mamans allaitantes réunies pour la grande tétée

© DR
© DR

A l'occasion de la 21e semaine mondiale de l'allaitement maternel, le collectif "La grande tétée" se réunit ce dimanche à Villeurbanne. 

Par Daniel Pajonk

"Il y a beaucoup de méconnaissance et de fausses idées reçues", constatent avec regret les porteuses du collectif  «La grande tétée». Comme dans un grand nombre d’autres villes françaises, ce dimanche est consacré à la mise en avant des bienfaits de la tétée.
Témoin le titre de la campagne de cette année : l’allaitement nourrit la confiance des parents. Un thème qui sonne comme une signature. Car, selon les membres du collectif, il y a beaucoup à faire pour rétablir certaines vérités. A commencer par la «possibilité pour une maman qui reprend son travail après un congé maternité de continuer à allaiter son bébé», rappelle Marie, 36 ans, maman de deux enfants.
En France où l’on figure toujours dans le wagon de traîne en matière d’allaitement maternel avec le plus bas taux, peu de femmes, encore moins d’hommes, connaissent l’environnement légal et technique du tirage du lait, sa conservation.  Des associations pour les parents existent. Dans la région, elles sont nombreuses.
Le collectif mène donc sa campagne pour informer les familles et leur permettre de faire des choix sur la base des bonnes informations.


Ensemble pour partager les expériences 

Réunis dans le parc Etienne Gagnaire, environ soixante mères et quelques pères se retrouvent pour partager autour d’un repas sur l’herbe leurs expériences et en faire part à toutes celles et ceux qui désirent en savoir plus sur cette forme naturelle de nutrition de leurs nourrissons et petits bébés. Avec ces parents, des professionnels de santé sont également présents comme des sages-femmes, des consultantes en lactation et des médecins. 
 

Rappeler le rôle de l’hormone de l’amour, l'ocytocine

Les conduites de placement des bébés pour la tétée, l’effleurage de leur corps permettant de stimuler les réflexes archaïques  favorisent les liens entre le prenant-soin et le petit. La tétée vise à leur prodiguer confort, chaleur, nourriture et protection. L’ocytocine favoriserait ce comportement maternel ou paternel en augmentant la libération de dopamine. 
La recherche récente en neurosciences affectives et sociales, met en lumière les mécanismes biologiques de nos liens affectifs. En France, la pédiatre Catherine Gueguen a rapporté nombres de travaux internationaux sur ce point dans ses  ouvrages. La synergie de l’ocytocine et de la dopamine favorise la création de liens parentaux/ maternels, romantiques ou sociaux).  Elle modifie le fonctionnement cortical avec un effet anxiolytique et un effet motivationnel (dopamine). Enfin, elle influence le fonctionnement autonome du corps humain, que ce soit la température du corps ou le rythme cardiaque.

Sur le même sujet

Gérard Collomb sur la candidature à la Métropole de David Kimelfeld

Les + Lus