Lyon : un suspect interpellé plus d'un an après une violente agression

Un an et quatre mois après une grave agression survenue à Lyon en juillet 2019, un suspect a été interpellé par la police, jeudi 19 novembre 2020, et emprisonné dans l'attente de son procès. Sa victime s'était vu attribuer 100 jours d'ITT.
 

Les enquêteurs ont fait appel à la police scientifique pour retrouver l'un des agresseurs présumés.
Les enquêteurs ont fait appel à la police scientifique pour retrouver l'un des agresseurs présumés. © Joël Philippon / Maxppp
Patience et longueur de temps... Plus d'un an après une grave agression survenue à Lyon dans la nuit du 13 juillet 2019, un suspect a été interpellé par la police, jeudi 19 novembre 2020, et emprisonné dans l'attente de son procès.


Une victime dans un état "très grave"

Il est 5h du matin cette nuit-là, quand 3 jeunes gens rentrent d'une soirée. Sur le quai Pierre Scize, dans le 5e arrondissement de Lyon, ils sont pris à partie par plusieurs individus. Un des jeunes se fait dérober ses affaires et est frappé. Son ami reçoit un coup de poing d'une violence telle qu'il chute et sera transféré à l'hôpital "dans un état très grave", selon les secours. Il se verra attribuer 100 jours d'Interruption de Travail Temporaire (ITT), "sous réserves de complications". Les auteurs de l'agression ont aussitôt pris la fuite. La Brigade de Sûreté Urbaine du commissariat du 9ème arrondissement est alors saisie de l'affaire.


Police scientifique

"Les enquêteurs ont effectué de minutieuses constatations leur permettant de mettre en exergue des éléments de police scientifique", rapporte la sûreté. Ces éléments et des investigations complémentaires ont conduit à l’identification d'un premier suspect, jeudi 19 novembre, soit 1 an et 4 mois après les faits. L'agresseur présumé de la principale victime, un lyonnais de 31 ans, a été présenté au parquet en vue de l’ouverture d’une information judiciaire. Il a été placé sous mandat de dépôt après sa mise en examen. Il est poursuivi pour violences volontaires aggravées, vol avec violences et violences volontaires en réunion.

Quant aux 2 autres agresseurs présumés, leur sort pourrait être scellé ultérieurement. "L’enquête se poursuit", commente sobrement une source policière. Patience et longueur de temps...




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers