Le distributeur de matériel informatique sur internet, LDLC a ouvert aujourd'hui son école de formation au numérique à Vaise. Laurent de la Clergerie, fondateur du site de vente en ligne, veut proposer une formation de haut niveau à des étudiants ayant seulement le bac. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'école de formation au numérique de l'entrepreneur lyonnais Laurent de la Clergerie a effectué mardi sa première rentrée à Lyon, avec pour ambition de former les futurs créateurs d'entreprises numériques.
M. de la Clergerie, fondateur du distributeur d'ordinateurs sur internet LDLC.com, a voulu cet établissement "à son image". Ce n'est pas  la mention au bac qui fait l'entrepreneur mais le goût du risque", souligne-t-il dans un entretien accordé à l'AFP dans les locaux, clairs et conviviaux,de la nouvelle école, située dans le quartier technologique de Vaise.


Avec pour seule exigence initiale le bac, l'école a reçu une centaine de candidatures (aucune fille). Il en a été retenu 25, après un test d'aptitude en ligne et des entretiens de personnalité. Les frais de scolarité ont été fixés à 1.996 euros par an (un clin d'oeil à la date de fondation de LDLC.com, l'entreprise se chargeant de compléter le financement de l'école).

L'enseignement, sur trois ans, vise à former des généralistes des nouvelles technologies,disposant toutefois des qualifications nécessaires pour pouvoir discuter d'égal à égal avec les spécialistes de l'informatique. La philosophie est donc différence de l'Ecole 42 du magnat des télécommunications Xavier Niel, qui vise à former des spécialistes du code.

Le cursus s'articule autour de quatre piliers de même importance : informatique, internet, administration et culture générale. Le programme prévoit 40 heures de cours par semaine. Ce qui, espère M. de la Clergerie, devrait permettre de faire aussi bien que les écoles d'ingénieurs ou de commerce en cinq ans.

Dans trois ans, l'école intégrera le siège social que LDLC.com va réaménager. .Au-dessus sera implanté un incubateur qui pourrait accueillir certaines des start-ups des jeunes diplômés de l'école. Avec éventuellement l'appui financier de M. de la Clergerie. "En fait, je fais du capital-risque mais je prends les entrepreneurs au bac", plaisante l'entrepreneur.