Bannière résultats municipales

Municipales 2020. Givors : qui est le nouveau maire Mohamed Boudjellaba qui a gagné le second tour

La vague verte est passée par Givors (Métropole de Lyon): Mohamed Boudjellaba gagne la mairie avec 28,8%, alors qu'il était arrivé en 3e position au 1er tour. Il bat la maire sortante, et le Rassemblement National qui espérait emporter la victoire.

Mohamed Boudjellaba a créé la surprise à Givors (Métropole de Lyon) en gagnant le second tour des municipales avec plus de 28 % des voix.
Mohamed Boudjellaba a créé la surprise à Givors (Métropole de Lyon) en gagnant le second tour des municipales avec plus de 28 % des voix. © C Conxicoeur / FTV
A Givors, Mohamed Boudjellaba gagne le second tour des élections municipales en créant la surprise, avec 26 voix d'écart seulement avec la maire sortante Christiane Charnay.
 

Les résultats du second tour

 

"J'ai un gros mal de tête"
 

Entouré de ses millitants, Mohamed Boudjellaba avait encore du mal à y croire dimanche 28 juin, au soir de sa victoire. La nouvelle est tombée au milieu de cris de joie dans le hall de la mairie.

Au lendemain matin, entre de nombreuses poignées de mains et beaucoup de messages de félicitations, il peine à redescendre de son petit nuage: "Pour être honnête, j'ai un gros mal de tête, je n'ai pas beaucoup dormi, je suis encore très heureux de cette belle victoire" nous dit-il.
 

Un écart de 26 voix seulement


Originaire du quartier des Vernes, un quartier emblématique de la ville, Mohamed Boudjellaba, remporte les municipales avec sa colistière Laurence Frety-Perrier. L'écart de 26 voix est très mince. Il explique cela par un travail de terrain acharné pendant cette période particulière entre les 2 tours.

Il explique avoir passé ses soirées à débattre et discuter avec des habitants, "parfois jusqu'à 22 heures le soir. Vous avez ceux qui sont dans le parc, on peut aller discuter avec eux. Je ne comprends pas pourquoi on fait les élections au mois de mars. Si on veut de la démocratie, si on veut que les gens participent, il faut pouvoir aller les voir, pas les embêter chez eux. Là on a pu le faire. Le travail avec les électeurs et électrices se faisait entre 17h et 22h. Je pense qu'on devrait remettre des élections au mois de juin, pour la démocratie". Un travail de terrain et de contact qui a donc fini par payer. 

 

"Il a rendu fière sa maman"



A 51 ans, Mohamed Boudjellaba présente un parcours assez atypique. Avant son Master à Sciences-Po Grenoble, il passait un DEUG en sciences du langage, et avant cela un parcours d'électrotechnicien: "J'ai un parcours à l'image d'un jeune des quartiers. Ce jeune, il a rendu fier sa maman. Et çà c'est beau.
 

"Nous sommes une ville plurielle"



Les observateurs politiques avaient anticipé une possible victoire du Rassemblement National dans la ville: le parti était en bonne position dans les sondages. Aujourd'hui le nouveau maire veut travailler avec les 33 conseillers municipaux, même ceux du Rassemblement National ou des autres partis d'opposition.

Pour le nouveau maire, "nous sommes une ville plurielle. Nous sommes une ville de gauche. Je revendique cela. Gauche et écologiste aujourd'hui. Je revendique le vivre ensemble, le faire ensemble. Je travaillerai avec tout le monde. Ce que je n'ai pas pu avoir dans l'opposition pendant les 2 mandatures précédentes, je vais faire l'inverse. Je vais appeler l'ensemble des conseillers à travailler avec nous. Il n'y a pas une opposition, il y a un conseil municipal de 33 conseillers. La France de demain c'est aussi cette France-là, multiculturelle. Il faut que les gens vivent ensemble."
 

"On va faire de belles choses"



Il nous révèle avoir beaucoup discuté avec Bruno Bernard, le futur président EELV de la Métropole de Lyon, pour que Givors devienne "un véritable laboratoire" d'écologie urbaine: "Je pense qu'on va faire de très belles choses."

Ce fonctionnaire territorial à Villeurbanne est entré au Parti Socialiste juste après le 15 avril 2002. Depuis, il a été deux fois candidat dans sa ville, en 2008 et 2014. Dans son programme imprimé en jaune et vert, il avait promis de "soutenir les entreprises locales en adaptant la commande publique, et créer des sites économiques d'excellence." Il se disait pour une "végétalisation des places et cours d'écoles".

Lors de notre débat du second tour, il avait également annoncé sa volonté de "rebâtir le château Saint-Gérald", pour en faire un véritable lieu touristique.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections europe écologie les verts
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter