Feux d'artifice sauvages à Lyon : une enquête ouverte

Ce 8 décembre des feux d'artifice ont brisé la morosité de la Fête des Lumières 2020, annulée pour cause de Covid. Qui a allumé la mèche ? Des supporters de l'OL ? Comment une telle installation a échappé aux autorités ? Le préfect et le maire de Lyon ont saisi la justice. Une enquête est ouverte.
Alors que la ville de Lyon s'apprêtait à s'endormir à la lueur des lumignons du 8 décembre, un feu d'artifice a surpris les habitants. Rien n'était programmé officiellement...
Alors que la ville de Lyon s'apprêtait à s'endormir à la lueur des lumignons du 8 décembre, un feu d'artifice a surpris les habitants. Rien n'était programmé officiellement... © B. Tardy
Il était environ 21 heures, ce mardi 8 décembre 2020, lorsque des crépitements, comme des bruits de pétards, et les scintillements d'un feu d'artifice ont été entendus et vus à Lyon. La surprise est totale. Certains ont à peine le temps de dégaîner leur téléphone pour immortaliser l'instant. Tous s'interrogent très vite, notamment sur les réseaux sociaux. Qui est à l'origine de l'évènement, venu briser la morosité nocturne, compte-tenu de l'annulation de la Fête des Lumières pour cause de crise Covid ? Une enquête est ouverte ce mercredi 9 décembre.
 

Le mystère reste entier mercredi matin 


Ce mercredi 9 décembre, le mystère restait entier autour de ce feu d'artifice illégal même si la piste de fans de l'Olympique Lyonnais n'était pas écartée ce matin. S'agit-il des Lyon 1950, et/ou des Bad Gones ? Ce matin, sur la page facebook de ces derniers aucune confirmation mais un commentaire laconique qui agrémentait les clichés des feux d'artifice surprise : "on ne se lasse pas de ces images".Plusieurs feux d’artifice ont été tirés en ville mardi soir, à la surprise générale. Certains depuis la place Bellecour, la rue de la République ou encore de la colline de Fourvière. Ce mercredi matin, les vestiges de ces engins se trouvaient encore sur place... ils font penser à du matériel pyrotechnique professionnel. 
A Lyon, ce qu'il restait ce mercredi matin des feux d'artifice de la veille
A Lyon, ce qu'il restait ce mercredi matin des feux d'artifice de la veille © B.Tardy

Quid de la logistique ? 

Sur les réseaux sociaux, dès mardi soir, les réactions ont fusé devant ce spectacle improvisé. Certains se sont extasiés, alors que d'autres ont dénoncé une initiative dangereuse, d'autant que le pays est placé en alerte attentat. Certains ont également souligné la logistique et la coordination nécessaire pour réaliser un tel événement. Comment une telle organisation a-t-elle pu passer inaperçue et a-t-elle échappé aux autorités ? La question reste posée au lendemain des faits.

 

"Aucune demande préalable"


Ce mercredi matin, la préfecture a réagi avec un communiqué. Elle indique que "des feux d’artifices ont été déposés furtivement et tirés au coeur du centre-ville sans aucune demande préalable. Ils auraient pu causer des dégâts importants et blesser du public, ce qui fort heureusement n’a pas été le cas." Les autorités préfectorales précisent que la réglementation en matière d'usage d'artifice est "très encadrée" pour des raisons de sécurité. Par ailleurs, elle impose une déclaration en préfecture "un mois avant l'événement". "Elle est également soumise à autorisation du maire," précise le communiqué.

"Le préfet et le maire rappellent que le plan vigipirate est au niveau urgence attentat et que les initiatives unilatérales peuvent engendrer des conséquences graves." La préfecture et le maire de Lyon ont décidé de porter l'affaire en justice. "Conjointement, le Préfet de Région Auvergne Rhône-Alpes et le Maire de Lyon saisissent ce jour (mercredi 9 décembre) la justice, afin de faire toute la lumière sur cette action furtive et coordonnée, non déclarée en Préfecture et créant un trouble majeur à l’ordre public."
 

Enquête ouverte au lendemain des faits


Saisi par le préfet du Rhône et le maire de Lyon à la suite de ces feux d’artifices tirés sans autorisation la nuit dernière, le parquet de Lyon indiqué avoir ouvert ce mercredi 9 décembre une enquête pour "mise en danger de la personne" et "infractions à la règlementation sur les artifices de divertissement". L'enquête a été confiée à la sureté départementale de la DDSP. 
 

Un feu d'artifice sauvage ?

En ce 8 décembre, date à laquelle Lyon bat habituellement au rythme des animations de la Fête des Lumières, nombreux sont ceux qui pensent qu'il s'agit là d'une surprise bien gardée par la municipalité. Tout comme, la ville a tenu secret un peu plus tôt le lieu de la fresque des lumignons. Histoire de ne pas créer de rassemblement et autres attroupements en ces temps de confinement et de crise sanitaire.

Journaliste à France 3, Paul Satis active immédiatement ses réseaux. Prise de contact avec la municipalité : démenti. Coup de téléphone du côté de la préfecture : le mystère s'épaissit, aucune demande d'autorisation n'a été déposée auprès des services.
 

Des supporters de l'OL dans le coup ?

Quelques minutes plus tôt, un message a été posté sur Twitter par un certain Vincent Fabio. Vidéo du feu d'artifice qui illumine une grande partie de la ville de Lyon. L'internaute accompagne ces 16 secondes de magie avec ce message : "Fêtes des lumières annulées ? Pas de soucis les supporters de l’OL sont là pour assurer le spectacle ! "
 
D'autres sources tendent à nous confirmer la participation de certaines associations de supporters de foot lyonnais.

Un surprise très bien préparée, pour le bonheur des Lyonnais

Certains disent avoir sursauté, en passant près de bacs et blocs de béton d'où ont jailli des feux d'artifice. Le spectacle semble avoir couvert une bonne partie de la ville de Lyon, sans que personne n'ait rien vu venir.
 
Incroyable ! Ce n'est pas grand-chose, mais ça fait grave plaisir... Bravo, ça claquait ! La toile s'enflamme, sur les réseaux sociaux, les messages affluent pour remercier les mystérieux auteurs de la surprise. 
 
Comme quoi, en ce 8 décembre, Lyon ne pouvait pas totalement sombrer dans la nuit, sans s'illuminer et finalement, prendre un air de fête.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite fête des lumières fêtes locales événements justice société polémique