Le 8 décembre à Lyon, coup d'oeil dans le rétro

Un lumignon posé sur le rebord de sa fenêtre à la tombée de la nuit. A Lyon, la tradition remonte au 8 décembre 1852. Au fil du temps, elle s'est transformée et a pris un caractère populaire. Dans le Vieux-Lyon, l'histoire de la Fête des Lumières a commencé en 1959.
Le 8 décembre à Lyon. L'édition 2020 privée d'animations ... vers un retour à une Fête des Lumières plus traditionnelle
Le 8 décembre à Lyon. L'édition 2020 privée d'animations ... vers un retour à une Fête des Lumières plus traditionnelle © MAXPPP
L'édition 2020 de la Fête des Lumières aurait dû se dérouler ce week-end. Mais elle a été annulée en raison de la crise sanitaire. C'est la seconde fois en un demi-siècle. Un précédent a eu lieu en 2015, pour des questions de sécurité, après l'attentat terroriste du Bataclan, à Paris. C'est donc un 8 décembre un peu particulier qui a lieu ce mardi soir à Lyon, loin des animations et des spectaculaires tableaux lumineux réalisés par des artistes.
 

Mettre en lumière le Vieux Lyon

C'est le 8 décembre 1959 que le Vieux Lyon a pris des allures de fête. Une initiative destinée à attirer du monde dans ces rues malfamées et délabrées voilà  plus de 50 ans. Ce quartier Renaissance, aujourd'hui restauré et classé patrimoine mondial de l'Unesco, n'a pas toujours été aussi prisé des touristes. Les décorations lumineuses du 8 décembre existaient déjà dans d'autres quartiers de la ville de Lyon, notamment en Presqu'île. Parallèlement à l'aspect religieux, la mise en lumière de Lyon, "c'était surtout les commerçants qui illuminaient leurs vitrines," explique Frédéric Auria, président de l'association "Renaissance du Vieux Lyon". 

De l'autre côté de la Saône, on trouvait alors peu de commerçants et c'est une initiative de riverains qui a mis en lumière le quartier. "Dans le Vieux Lyon, le 8 décembre 1959, a commencé avec des animations et de la musique sur des tourne-disques Teppaz, dans quelques cours d'immeubles," raconte Frédéric Auria. Il s'agissait de faire redécouvrir aux Lyonnais ce quartier à l'abandon et même, voué à la destruction après le déménagement du marché de gros qui était implanté quai Romain-Rolland. "Les gens ne venaient pas dans le Vieux-Lyon. Il fallait donc attirer du monde et montrer qu'il y avait des choses de valeur dans ce quartier."

L'opération du 8 décembre 1959 a connu un vrai succès à l'époque, même si le nombre de cours intérieures mises en lumière n'est pas important. Selon Frédéric Auria, près de 100.000 personnes sont venues, ont traversé le pont du change et la passerelle Saint-Georges. Une initiative qui a ensuite pris racine les années suivantes et a drainé un nombre considérable de visiteurs : des Lyonnais qui déambulaient dans les ruelles étroites le soir du 8 décembre, avec un verre de vin chaud à la main pour lutter contre le froid glacial. La rue Saint-Jean ou encore la rue du Boeuf étaient alors bondées. Et Frédéric Auria se souvient aussi d'avoir connu "l'époque oeufs et farine" dans les années 80. Les visiteurs étaient parfois copieusement aspergés. Une "tradition" qui semble avoir bel et bien disparu.
 

Fête des Lumières... depuis les années Noir

Initialement la fête du 8 décembre était liée à l'inauguration de la statue de la Vierge sur la colline de Fourvière, en décembre 1852. En quelques décennies, le 8 décembre est devenu un événement incontournable, une fête populaire avec spectacle, animations et tableaux lumineux sur les façades des bâtiments emblématiques de la ville.  C'est véritablement en 1989, avec le maire Michel Noir, que les mises en lumière des sites patrimoniaux, des quartiers, collines et des voies ont commencé à habiller l'ensemble de la ville. Dix ans plus tard, en 1999, la Fête des Lumières a encore pris de l'ampleur et s'est étalée sur une durée de quatre jours, devenant une véritable fête des artistes. Et surtout un événement qui a largement dépassé les frontières de la région. A son apogée, les festivités ont attiré jusqu'à deux millions de visiteurs sur quatre journées. La Fête des Lumières revêt aussi un caractère de solidarité avec l'opération des Lumignons du coeur destinée à récolter de l'argent pour une association caritative. 

La Fête des Lumières était autrefois méconnue des Lyonnais comme en attestent ces archives. Une fête qui a évolué au fil des décennies... 
La Fête des Lumières dans le rétroviseur

Cette année, les Lyonnais devront se contenter de mettre un lumignon à leur fenêtre pour marquer cette soirée.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fête des lumières fêtes locales événements rétro archives tradition culture