• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Notre-Dame de Paris : la reconstruction de la cathédrale suscite une forte mobilisation en Auvergne-Rhône-Alpes

La reconstruction de Notre-Dame de Paris pourrait prendre plusieurs dizaines d'années selon les techniques retenues / © Ludovic Marin/AFP
La reconstruction de Notre-Dame de Paris pourrait prendre plusieurs dizaines d'années selon les techniques retenues / © Ludovic Marin/AFP

L'appel à la reconstruction de Notre-Dame-de-Paris d'ici 5 ans suscite un grand élan de générosité. La région offre 2 millions d'euros et veut mobiliser ses artisans d'art. L'assureur Groupama offre 1300 arbres. A Firminy, une entreprise appelle tous les charpentiers de France à partager l'effort   

Par Philippe Bette

Depuis l'incendie de Notre-Dame de Paris, c'est un énorme élan de générosité qui soulève le pays. Dans sa déclaration télévisée, le président de la République fixe un objectif ambitieux pour la reconstruction de la cathédrale: Cinq ans. Un vrai défi, compte tenu des dégâts subis par le prestigieux édifice et dont on ne mesure pas encore l'exacte portée. 

Mais depuis hier, les dons affluent déjà de toutes parts. Le financement de la restauration ne devrait pas être un frein à sa reconstruction. Reste le défi technique, auquel seront confrontés les architectes des monuments de France et les artisans d'art mobilisés pour la circonstance. Avec cette question prioritaire : Faut-il reconstruire la cathédrale à l'identique ou bien utiliser les techniques d'aujourd'hui ? Le débat d'experts ne fait que commencer.

Quoi qu'il en soit, l'assureur Groupama propose d'ores et déjà de fournir les 1300 chênes centenaires nécessaires au façonnage de la nouvelle charpente. L'assureur est "le troisième propriétaire forestier institutionnel francais" et il se propose de prélever ces arbres géants dans ses forêts normandes "pour respecter le travail des Compagnons de l'époque". 

La région Auvergne-Rhône-Alpes a déjà indiqué qu'elle débloquerait sur son budget deux millions d'euros pour le financement de la reconstruction. Mais elle indique aujourd'hui vouloir aussi mettre à disposition ses artisans d'art : "La région compte 6000 professionnels des métiers d'art (...).Ces artisans hautement qualifiés bénéficient de savoir faire transmis depuis des générations dans la taille de pierre, la mensuiserie et la charpenterie. Ils sont aujourd'hui une formidable opportunité pour offrir les meilleures compétences à l a reconstruction de l'édifice". La  région accompagnera donc les entreprises régionales sur le "colossal chantier qui attend notre pays".

A Firminy (Loire) une petite entreprise de charpente lance un appel à tous les professionnels de la filière pour qu'ils se distribuent le travail et partagent l'effort. Les établissements JB Massardier ont travaillé pendant deux ans sur le chantier de restauration de l'Hôtel-Dieu à Lyon.   
 
 
    

            

Sur le même sujet

Haute-Loire : il faut sauver le busard cendré

Les + Lus