OL: la conversion des salaires de joueurs en actions permettrait entre 0,7 et 6,5 millions d'euros d'économies

OL groupe, holding de l'Olympique lyonnais a estimé que la conversion de salaire des joueurs en actions de l'entreprise pourrait permettre d'économiser entre 0.7 et 6.5 millions d'euros en 2021. 

© MAXPPP

L'Olympique lyonnais, qui a proposé à ses joueurs de renoncer à une partie de leur salaire en échange d'actions de l'entreprise, a chiffré lundi entre 0,7 million et 6,5 millions d'euros l'économie attendue. Le montant le plus élevé est toutefois purement théorique puisqu'il serait atteint si "tous les résultats sportifs optimum (étaient) obtenus par les équipes professionnelles masculine et féminine et les primes afférentes intégralement payées en actions", précise OL Groupe, la holding du club, dans un communiqué publié lundi.

Convertir entre 5 % et 25 % de leur salaire en actions 

L'OL n'a de surcroît pas convaincu tous ses joueurs d'accepter ce mécanisme qui permet à l'entreprise, en cette période de fermeture des stades, de réduire ses charges tout en renforçant ses fonds propres. "Le groupe poursuit des discussions afin d'élargir le groupe concerné", précise-t-il toutefois. L'OL propose à ses joueurs et membres de l'encadrement de convertir en actions entre 5% et 25% de leurs salaires à compter de février et ce, jusqu'à la réouverture des stades, espérée en juin. La mise en place de ce mécanisme implique le déclenchement de plusieurs petites augmentations de capital, dont le calendrier sera décidé par le PDG Jean-Michel Aulas. 

Un manque à gagner estimé à 111 millions d'euros 

Le 16 février dernier, OL Groupe a annoncé avoir été touché de plein fouet par l'épidémie de Coronavirus. Arrêt des compétitions pendant plusieurs mois, matches sans public et donc sans billetterie, droits télés, la holding a subi une perte nette (part du groupe) de 50,6 millions sur les six mois achevés fin décembre. Le manque à gagner est estimé à 111 millions d'euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
olympique lyonnais football sport économie