"Pari gagnant", l'expérience de "congés illimités" d'une entreprise lyonnaise est un succès

Depuis 2021, l'entreprise lyonnaise Anikop offre à ses salariés des "congés illimités". Trois ans après, retour sur ce dispositif original.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Prendre des vacances dans son entreprise dès qu'on le souhaite ? Beaucoup de salariés en rêvent et c'est une réalité depuis trois ans au sein de l'entreprise d'informatique Anikop, filiale du groupe LDLC basée à Limonest. Le 1er janvier 2021, son directeur Nicolas Perroud a pris une décision pour le moins osée : instaurer des "congés libérés", sans dispositif de contrôle. Le principe ? Des rapports basés sur la confiance définis par une "charte morale" sans valeur juridique dans laquelle le salarié s'engage à ce que ses congés ne puissent pas "pas mettre en péril l'entreprise ou l'un de ses projets" ni "gêner les autres collaborateurs". Les congés payés sont validés automatiquement, sans limitation de durée, mais à condition que le salarié prévienne suffisamment en avance ses collègues. 

Tout le monde joue le jeu, il y a un esprit d’équipe donc personne n’en abuse. Personnellement, ça m’a enlevé une grande charge mentale. En tant que jeune maman, je sais que je peux poser quelques jours à chaque vacances scolaires

Mélanie Rodrigues, 33 ans, cheffe de projet depuis cinq ans dans l’entreprise

Pour la salariée, le dispositif permet un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. 

Un pari gagnant

 "Depuis trois ans, c'est un véritable succès. Les salariés sont ravis et je vois la différence en termes d'épanouissement. Il n'y a pas que les vacances, par exemple quand un enfant est malade, il n'y a pas de question à se poser : le salarié peut prendre sa journée" explique Nicolas Perroud, qui ajoute que cela soulage aussi son entreprise de certaines contraintes administratives. 

Dirigeant cette filiale d'une trentaine de salariés depuis sa création en 2006, Nicolas Perroud souhaite prouver qu'un autre rapport à l'entreprise est possible. Le pari étant de mettre au centre de son fonctionnement la confiance et la bienveillance, tout en conservant la logique de rentabilité de l'entreprise.

Je ne sais pas s'il y a plus de congés qui sont pris qu'avant, car il n'y a pas d'outils de contrôle. Mais l'entreprise se porte toujours aussi bien, la preuve que le travail est aussi sérieux qu'avant

Nicolas Perroud, directeur d'Anikop

 

Un système équilibré

On se sent d’autant plus investis. Parce qu’on sait que dans les périodes où on tire sur la corde, on a toujours la possibilité de prendre un ou deux jours après une période intense. Pour moi, ce serait compliqué de revenir dans un cadre plus classique” ajoute Mélanie. Anikop souhaite faire figure d'exemple. Le concept est encore très rare en France. Bien qu'il gagne en popularité, elles ne seraient que trois entreprises à avoir sauté le pas des "congés illimités" dans l'hexagone.