La Police met la main sur un homme soupçonné de 27 vols à Villeurbanne

L'homme a écumé le quartier de La Perralière, à Villeurbanne pendant six mois. Après enquête, il est soupçonné d'avoir commis 27 cambriolages dans ce même secteur, entre début décembre 2019 et fin mai 2020. 

La Direction Départementale de la Sécurité Publique salue le travail d'enquête réalisé par différentes unités de la Police du Rhône. L'auteur présumé de 27 cambriolages commis à Villeurbanne a été interpellé le 3 juin 2020.
La Direction Départementale de la Sécurité Publique salue le travail d'enquête réalisé par différentes unités de la Police du Rhône. L'auteur présumé de 27 cambriolages commis à Villeurbanne a été interpellé le 3 juin 2020. © MaxPPP

L'homme s'apprêtait à quitter la région lorsque les policiers lui ont mis la main dessus dans le 3ème arrondissement de Lyon, mercredi 3 juin 2020. Et c'est une belle prise pour les enquêteurs car l'individu est soupçonné d'avoir commis une série de 27 cambriolages, dans le secteur de la Perralière, à Villeurbanne.

 

Enquête ouverte fin février

 

La brigade de répression des cambriolages commence son travail d'investigation à la suite d'un signalement effectué par un particulier. Le 27 février 2020, un habitant du quartier de la Perralière appelle la Police pour un vol par effraction. Les policiers apprennent alors que trois autres cambriolages, au même mode opératoire, ont été commis dans la même rue.

Commence alors, tout un travail de recoupement. Un cinquième vol est rapidement ajouté à la liste des méfaits, après utilisation d'une carte bancaire dérobée dans un gymnase. Les enquêteurs poursuivent leur travail d'analyse criminelle. Exploitation des images de vidéo surveillance, prélèvements ADN... La police technique et scientifique du groupe d'enquête criminalistique de Lyon sort sa panoplie. 

Résultat : ce n'est pas 5, mais 27 cambriolages en tout qui sont attribués au voleur présumé. La plupart des vols ont été commis sans effraction, selon la Sûreté départementale du Rhône. Et le butin est essentiellement composé de bijoux, d'argent en espèces, de moyens de paiement (sept utilisations frauduleuses), et de matériel multimédia.

 

Interpellé après filatures

 

Une fois identifié, l'auteur présumé a été localisé par les enquêteurs grâce à un véritable travail de terrain : surveillances, filatures couplées à plusieurs investigations téléphoniques, précise la Sûreté départementale du Rhône.


Reconnaissant l’ensemble des faits reprochés, le mis en cause a été déféré ce vendredi 5 juin au Parquet du Tribunal judiciaire de Lyon, en vue de son jugement en comparution immédiate.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société sécurité