Pollution du Rhône : 80% des déchets plastiques rejetés en mer proviennent des fleuves

Les déchets plastiques qui se retrouvent dans les mers et océans sont principalement transportés par les fleuves. Le Rhône, qui traverse plusieurs pays d’Europe, est aussi l'un des plus pollués. La mission de recherche Plastic-Rhône, menée en partenariat avec la Compagnie Nationale du Rhône, étudie la quantité et les types de pollution plastique du fleuve, de sa source à l'embouchure.

Aujourd'hui, 80 % des déchets plastiques retrouvés en mer proviennent de la terre et notamment des fleuves.

Chaque année, on estime que 11 millions de tonnes de déchets plastiques sont déversées dans l’Océan. On parle alors du "7ᵉ continent", ou "vortex de plastique". Seulement 1 % est observé par les scientifiques. D'ici à 2050, les mers et les océans compteront autant de plastiques que de poissons. Dans ce contexte, on comprend à quel point cette situation met en danger les écosystèmes marins et la santé des populations.

L'origine de la pollution plastique du Rhône

Il serpente sur plus de 800 kilomètres à travers la Suisse et la France jusqu'à la Méditerranée. Le Rhône est l’un des plus grands fleuves d’Europe, mais aussi l'un des plus pollués par les déchets plastiques, qui sont rejetés chaque année dans ses eaux. Les conséquences sont désastreuses sur l'environnement et la faune aquatique.

L'origine de cette pollution s'explique notamment par les déchets jetés dans les rivières et les affluents qui eux-mêmes se jettent dans le fleuve. Il y a aussi les déchets issus des industries et des zones urbaines environnantes. Les déchets plastiques mettent plusieurs centaines d’années à se décomposer, et se retrouvent ingérés par les animaux de la faune aquatique qui les confondent avec de la nourriture.

Plastic-Rhône, la mission menée depuis 2021 par Plastic@sea en partenariat avec la Compagnie Nationale du Rhône, l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et de nombreux laboratoires de recherche, a pour objectif d’évaluer la quantité et les types de pollution plastique dans le Rhône et de comprendre le cycle de ces plastiques dans le fleuve. L’étude vise également à identifier comment les plastiques se fragmentent dans l’eau. Plus de 880 millions de particules de polluants plastiques quittent le lac Léman via le Rhône chaque année.

3 types de déchets plastiques sont étudiés sur 5 points du fleuve Rhône :

Ils sont suivis par des balises GPS : Les MACRO-plastiques  (+ de 5 mm) :  bouteilles, sacs, emballages sont ramassés sur les berges du fleuve Rhône et les plus petits déchets dans l’eau. 

Les MICRO-plastiques  (entre 5 mm et 0,001 mm) :  poussières, microbilles de cosmétiques, fibres synthétiques issues de lessives. Ce sont eux que l'on retrouve en plus grande quantité dans les mers et les océans.

Les NANO-plastiques  (- de 0,001 mm) plastiques invisibles à l’œil nu.

L'essentiel de cette mission vise à comprendre la fragmentation des macro-plastiques, c'est-à-dire la décomposition du plastique en morceaux. Les débris de différentes tailles et à différents degrés de vieillissement sont disposés dans des nasses (paniers de pêcheurs) le long du fleuve. On observe ensuite comment les déchets plastiques se dégradent au fil des années et des saisons. La variation du débit du fleuve (quantité d’eau qui s’écoule dans ce fleuve) est prise en compte pour savoir comment les déchets plastiques se déplacent tout au long de l’année, notamment lors des crues.

"ODYSSÉE GREEN" Un Rhône Trip écoresponsable

Au-delà de la responsabilisation des politiques, des industries et des entreprises pour s'engager à réduire à la source leurs déchets, chacun d'entre nous peut agir à son niveau.

L'Odyssée Green est le 1ᵉʳ Rhône Trip écoresponsable connecté et solidaire. Tout le monde était invité à pied, en stand up paddle, en canoë et à vélo, à débarrasser le Rhône, le Vieux Rhône, Les Lônes et les abords des déchets sauvages. Cette grande opération, jamais réalisée, a rassemblé sur 3 ans (2021-2023) les acteurs locaux et nationaux faisant du sport. Une initiative qui s'inscrit comme un levier d’innovation sociale au service de la transition écologique.

 Dans l'Info en + Climat cette semaine, nous sommes montés à bord de la goélette Tara. Ce voilier d’exploration scientifique étudie la biodiversité marine et observe les impacts du changement climatique et des pollutions sur les océans. Elle a remonté le Rhône depuis la mer Méditerranée et fait escale à Lyon jusqu’au 24 janvier 2024. Dans le cadre de sa mission "Tara Europa", elle collecte des données sur la pollution plastique du fleuve.

Retrouvez tous les épisodes de L'info en plus Climat sur France.tv