Religion : des vidéos en ligne pour le Carême rassemblent 150 000 fidèles

Il y a 20 ans, des frères dominicains ont eu l'idée d'utiliser Internet pour proposer une retraite en ligne pendant le Carême. Une initiative insolite à l'époque mais qui depuis connait un succès croissant.

L'immatériel et le virtuel font finalement bon ménage. Il existe des tas de sites pour chercher (voire trouver) l'illumination divine sur Internet. La preuve ? L'un des temps forts du christianisme, le Carême, trace depuis 20 ans un sillon inédit sur le web. En 2003, des frères étudiants dominicains installés au couvent de Lille ont fait le pari de créer une retraite en ligne pour temps de pénitence et de conversion qui s’ouvre avec le mercredi des Cendres et culmine dans la semaine sainte qui précède Pâques.

Une retraite spirituelle à son propre rythme

A l'époque, personne ne songeait à aller chercher la foi sur le net. La démarche des frères dominicains lillois était d'autant plus inédite et innovante. Après tout, pourquoi ne pas accompagner les chrétiens, mais pas seulement, via internet durant le Carême ?

L'idée était de proposer un temps de réflexion, d'échange et de méditation accessible à tous, où que l'on se trouve. Le principe est limpide comme l'eau bénite : on s'inscrit gratuitement pour participer à la retraite virtuelle sur le site Carême dans la Ville et on reçoit chaque jour une proposition par mail (sujet de méditation, témoignage, enseignement). Le site explique qu'"Internet participe à une nouvelle évangélisation : il rejoint les jeunes générations, les parents débordés, les chrétiens isolés...". Une retraite quotidienne de quelques minutes en se levant le matin, en voiture dans les bouchons, au bureau pendant une pause ou le soir pour récapituler sa journée.

Internet est un génial outil de communication…s’il est inspiré !

Carême dans la Ville

Peu importe qu'on soit chrétien convaincu ou simple chercheur de révélation. Carole, quinquagénaire lyonnaise active et catholique peu pratiquante, a découvert il y a deux ans, ce Carême virtuel. "Ce qui me plait, c'est que je peux prendre le temps de réfléchir, au moment où je suis disponible dans la journée" explique-t-elle. "Sans ce site, je ne pense pas que je participerai pleinement au Carême. Et puis je trouve que ça donne du sens au fait d'être connecté en permanence. Là, c'est pour une raison intelligente".

20 ans pour en faire un succès 

Cette année, les méditations commencent le 20 février, avec pour thème une parole extraite du livre d'Ezekiel "Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai sortir, ô mon peuple". C'est un frère d'un couvent toulousain qui guide la méditation et qui répond, toujours par mail, aux interrogations ou aux réflexions des retraitants en ligne. L'initiative permet aussi à ceux qui ne peuvent se déplacer de participer au Carême au sein d'une communauté virtuelle.

Vingt ans après sa création, Carême dans la ville est un succès : la retraite rassemble chaque année près de 150 000 personnes dans plus de 45 pays. Les fidèles n'étaient que 2500 en 2003. Depuis, les propositions de retraites virtuelles se sont multipliées comme des petits pains et le principe concerne désormais tous les temps forts du calendrier chrétien, de l'Avent à la Pentecôte.

Pour célébrer ses 20 ans, Carême dans la Ville sort du monde virtuel, en organisant un Carême itinérant sous forme de rencontres dans différents couvents en France, en complément des méditations proposées sur internet. A Lyon, les moines dominicains ouvriront les portes du couvent du Saint Nom de Jésus le week-end des 4 et 5 mars. Histoire d'incarner mieux le lien créé sur le net.

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité