RER à Lyon : la question du financement au cœur des discussions

Publié le
Écrit par Géraldine Chaine .

C’est une volonté du Président Emmanuel Macron : créer, dans les 10 plus grandes métropoles de France, un réseau de RER (réseau express régional), comme il existe déjà en Ile-de-France. Que pourrait donner ce projet dans la Métropole Lyonnaise ?

C’est une annonce politique qui n’est pas passée inaperçue. Dimanche, Emmanuel Macron a déclaré sur sa chaîne YouTube  souhaité voir se développer un RER à la Francilienne dans les 10 plus grandes agglomérations françaises.

Un vieux dossier

Les rames de ces trains étaient blanches et rouges : en 1991, on inaugurait la nouvelle desserte SNCF de l’Ouest lyonnais. La ligne, au départ de la gare de Saint-Paul, reliait l’Arbresle, ou encore Brignais. À l’époque, on parlait déjà de "RER à la lyonnaise" avec une augmentation des cadences, et une modernisation des lignes.

En décembre 2007, le REAL, le réseau express de l’aire lyonnaise était créé avec une enveloppe de 1.5 milliard d’euros.

Dernièrement, en juin 2022, une nouvelle voie a été inaugurée à la gare de La Part-Dieu pour accueillir plus de trains régionaux. Un train toutes les 15 à 30 minutes selon les zones, avec des voyages prévus entre 5h et 23h. Avec son annonce, Emmanuel Macron veut aller encore plus loin. L’intérêt du RER ? C’est qu’il s’arrête dans des gares de métro pour faciliter les connections.

Mais pour le moment, ni calendrier, ni objectif, ni montant d’investissement. "Sur le papier, c'est une très bonne nouvelle a réagit Laurent Wauquiez. Mais notre tempérament un peu montagnard incite maintenant à attendre qu'on bascule dans du concret. Parce que nous, on est prêt"

Qui paie quoi ?

Le nerf de la guerre comme souvent : le financement. Qui de la Métropole, de la Région ou de l’Etat doit mettre la main au porte-monnaie, et dans quelles proportions. « Aujourd’hui,  c’est une affaire, ne serait-ce qu’à court terme sur 5 ans, d’un 1,5 milliards d’euros précise Frédéric Aguilera Vice-président transport à la Région AURA. C’est le montant minimum pour commencer à avoir un rythme du quart d’heure, pour commencer à amplifier les horaire le matin et le soir, et pour commencer à acheter de nouvelles rames. » Le montant pourrait même aller jusqu’à 7 milliard d’euros. « Mais maintenant, le sujet, ce n’est pas d'avoir une annonce du Président de la République, (...) c'est de savoir combien ? Combien d'argent est-ce qu'ils mettent ", a-t-il ajouté en rappelant que "le RER à Paris a été financé par des impôts nationaux et de la solidarité nationale". Laurent Wauquiez  a indiqué vouloir travailler sur ce dossier avec le président écologiste de la Métropole lyonnaise, Bruno Bernard tout en précisant que son objectif était "de traiter l'ensemble des métropoles de notre territoire" comme Grenoble, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand.

Le Président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard veut quant à lui «avancer ». « Il y a des propositions, il y a des échanges entre vice-présidents, mais aussi au niveau technique depuis 6 mois qui sont réels, on a mis un peu de temps pour qu’ils démarrent", précise l’élu.

"Donc depuis 2015 et l’élection de Laurent Wauquiez, il ne s’était pas passé grand-chose. Je ne peux que me féliciter que depuis quelques mois on avance sur le dossier. Après, il est trop tôt pour dire que ça va déboucher, mais en tout cas nous notre volonté à la métropole de Lyon et au Sytral, c’est d’aider la région à avancer sur ce dossier. »

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité