Rixe entre les extrêmes à Lyon : pas de mandat de dépôt mais des contrôles judiciaires

Sept personnes ont été mises en examen pour violences aggravées ce vendredi 13 avril après une rixe, deux jours plus tôt, entre militants d'extrême- droite et d'extrême-gauche. Sur les neuf personnes interpellées, deux ont obtenu le statut de témoin assisté. Un juge d'instruction a été nommé.

Selon des informations recueillies auprès du Parquet ce samedi 14 avril, sept mises en examen pour violences aggravées ont été prononcées après la rixe entre extrêmes qui s'est déroulée en cours de semaine, à Lyon.

Le Parquet de Lyon avait requis trois placements sous mandat de dépôt dans le cadre de ce dossier. Mais les neuf protagonistes (sept personnes issues de la mouvance identitaire, et les deux autres de l'extrême-gauche) sont ressorties libres. Et pour six d'entre eux, des contrôles judiciaires mis en place.

Selon nos confrères de la presse écrite locale, Steven Bissuel, président du Bastion Social, serait concerné par la mesure de contrôle. A ce titre, il aurait notamment l’interdiction de se rendre dans le 5ème arrondissement de Lyon, entre 22h et 6h.

Deux personnes ont par ailleurs obtenu un statut de témoin assisté dans le cadre de cette affaire. 


Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité