Sécurité globale : l'acte 2 de manifestation à Lyon finit dans le gaz lacrymogène

Ils s'étaient donnés rendez-vous devant le vieux Palais de justice de Lyon ce 24 novembre 2020. La manifestation ciblait le texte de loi de Sécurité globale, adopté à l'Assemblée Nationale au cours de la journée. Les forces de l'ordre ont usé de gaz lacrymo, mais il n'y a pas eu d'interpellation.
Lyon 5e Arrondissement 24/11/2020 - Rassemblement contre loi sécurité globale : un à plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Lyon contre la loi sur la sécurité globale, en particulier pour s’opposer à l’article 24, portant sur la diffusion des images des forces de l’ordre.
Lyon 5e Arrondissement 24/11/2020 - Rassemblement contre loi sécurité globale : un à plusieurs milliers de manifestants rassemblés à Lyon contre la loi sur la sécurité globale, en particulier pour s’opposer à l’article 24, portant sur la diffusion des images des forces de l’ordre. © Joël Philippon/Maxppp
Les différentes organisations ayant appelé à ce nouveau rassemblement ont annoncé le chiffre de 4.000 participants. De source plus officielle, ils étaient près de 2500 devant le Palais de justice des 24 colonnes, ce mardi 24 novembre 2020 au soir, à manifester contre le projet de loi sur la Sécurité globale.
 

Ambiance festive mais slogans forts

Après celui du 17 novembre, ce deuxième rassemblement contre le projet de loi de Sécurité globale avait fait l'objet d'une déclaration en règle auprès de la préfecture du Rhône. Parmi les organisations appelant à "cet acte 2" : le comité local du collectif "NON à la loi sécurité globale",  des représentants de journalistes et de la Ligue des Droits de l’Homme, des organisations syndicales, associations et collectifs de défense de droits humains. 

À partir de 18 heures, les manifestants ont commencé à affluer devant le Palais aux 24 colonnes, siège de la cour d'Assises et d'Appel de Lyon. Ils sont une centaine, puis un millier, voire plus selon les organisateurs. Un orchestre s'est installé sur le parvis. L'ambiance est festive. Les manifestants reprennent en choeur et en musique plusieurs slogans, hostiles à ce projet de loi qualifié de "liberticide", caractéristique d'une "fuite en avant sécuritaire".

Alors que le projet a été adopté à l'Assemblée Nationale à Paris par 338 députés, le rassemblement lyonnais donne de la voix : "Liberté, liberté", scande la foule. Et puis, il y a les slogans anti-Police, et ce "Nous avons tous envie de Justice" repris par tous, ponctué d'applaudissements. Au coeur de la contestation : l'article 24 du texte de loi, visant à empêcher la captation et la diffusion dites malveillantes d'images de policiers.

Gaz lacrymo avant dispersion

Après les prises de parole, après l'allocution du président Emmanuel Macron, l'heure de la dispersion est venue. Ce secteur du 5ème arrondissement de Lyon est largement couvert par un déploiement des forces de l'ordre. "Un dispositif à la hauteur de l'ampleur du rassemblement" nous a-t-il été indiqué. Qui en arrive à l'utilisation de gaz lacrymogène. 
 
Les manifestants suffoquent, se dispersent. Certains poursuivent quelques exactions sur les quais de Saône, en poussant des silos de recyclage de verre sur les voies de circulation. Il n'y a pas eu d'interpellation selon nos sources. Les manifestants se sont d'ores et déjà donnés rendez-vous pour un acte 3, samedi 28 novembre.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société manifestation économie social police presse