• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les Socialistes ne veulent plus de Gérard Collomb à la mairie de Lyon

Gérard Collomb, le 17 octobre 2018, lors d'une conférence de presse à l'Hôtel de Ville de Lyon / © A. Henry
Gérard Collomb, le 17 octobre 2018, lors d'une conférence de presse à l'Hôtel de Ville de Lyon / © A. Henry

Dans un communiqué rendu public ce 27 octobre, la Fédération PS du Rhône et les militants socialistes de la ville appellent les élus de la majorité du Conseil municipal de Lyon à ne pas voter Gérard Collomb. L'ancien ministre de l'Intérieur entend bien retrouver son fauteuil de maire le 5 novembre.

Par Aude Henry

Il a démissionné de son poste de ministre de l'Intérieur pour retrouver son fauteuil de maire à Lyon, mais voilà, Gérard Collomb est aujourd'hui lâché publiquement par les Socialistes. Dans un communiqué paru ce samedi 27 octobre, la Fédération PS du Rhône et les militants lyonnais appellent "les élus de la majorité du conseil municipal de Lyon à ne pas apporter leurs voix à Gérard Collomb le 5 novembre prochain".

Pourquoi cet appel ? "Pour faire part de leur désaccord profond, tant sur le fond comme sur la forme". Réunis en conseil fédéral et en comité de ville le 25 ocotbre, les militants socialistes  estiment que "Gérard Collomb revient entre Rhône et Saône par un jeu de chaises musicales afin de revendiquer un poste qu'il a déjà occupé pendant 17 années, considérant ainsi Lyon comme sa baronnie. C'est à nos yeux le reflet de pratiques d'un autre temps: les Lyonnaises et les Lyonnais méritent mieux".
 
Au-delà du vote qui se jouera le 5 novembre au sein du conseil municipal de Lyon pour désigner le maire de la ville, les Socialistes entendent prendre leur distance avec celui "qui a prouvé sa rupture idéologique avec les valeurs humanistes et de gauche qui constituaient pourtant le socle de son rassemblement depuis 2001". Celui, encore, qui est "le principal artisan de la politique d'Emmanuel Macron : une politique injuste, libérale, qui saigne et méprise les collectivités territoriales, détricote les outils de cohésion sociale et recule devant l'urgence climatique". Celui, enfin, dont "les tentatives pour se démarquer de la politique du Président de la République et de son parti "La République en marche" piloté localement, rappelons-le, par son épouse, Caroline Collomb, sont bien des faux-semblants". 
 
En guise de conclusion, la Fédération PS du Rhône écrit : "les Socialistes veulent amplifier, approfondir et renouveler le projet d'un Lyon solidaire, humaniste et inscrit résolument dans une dynamique durable et écologique. L'auteur de cette nouvelle page ne saurait être désormais Gérard Collomb mais bien une gauche rassemblée autour d'un projet commun".
 

Le 17 octobre dernier, dans les salons de l'Hôtel de ville de Lyon, Gérard Collomb avait tenu une conférence de presse commune avec Georges Képénékian, maire démissionnaire, et David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon. Les trois hommes affirmaient alors leur volonté de travailler tous ensemble, de manière unie, dans la perspective des élections municipales de 2020.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus