Sourissez, sourissez plus... Mario Gurrieri, le photographe des stars, est mort à l’âge de 84 ans

Mario Gurrieri, plus connu sous le nom de Mario... était le photographe des stars. Il a côtoyé les grands noms du showbiz. Et au fil des années, il est devenu lui-même une star... une étoile qui s’est éteinte à 84 ans 

Mario Gurrieri, photographe des stars, est mort à 84 ans
Mario Gurrieri, photographe des stars, est mort à 84 ans © MOUILLAUD RICHARD / MaxPPP
Mario Gurrieri, plus connu sous le nom de Mario… était le photographe des stars. Il a côtoyé les grands noms du showbiz. Et au fil des années, il est devenu lui-même une star... une étoile qui s’est éteinte à 84 ans.

Dalida, Madonna, Mike Brandt, Sophie Marceau, Mickael Jackson, Indochine, Johnny Halliday... la liste est très loin d’être exhaustive…le photographe Mario Gurrieri a rencontré de nombreuses stars et son appareil photo les a immortalisées.
Mario, tout le monde du showbiz le connaissaient… Sur les photocall, les rôles étaient presque inversés. C’était un peu lui aussi la star.
Tous voulaient être pris en photo par Mario.
Avant chaque prise, il avait cette petite phrase qui faisait forcément rire : «sourissez, sourissez !»
Et puis sa façon d’appeler les stars par leur prénom… parfois prononcé à sa manière… comme pour pour ‘’Voudy’’ Allen…
Petit par la taille, grand par son humour et son professionnalisme, on le remarquait forcément, même si on ne le connaissait pas.
Une chanson italienne régulièrement fredonnée, c’était ça aussi sa marque de fabrique. Sur le photocall ou lors d’événements, on voyait les stars mais on entendait Mario ! 

Une photothèque précieuse 

Fan de l’OL et de cinéma, et particulièrement de Monica Bellucci, il possède toute une collection de clichés pris un peu partout… partout où il y avait des stars.
Concerts, soirées people, festivals, aéroports… qu’importe le lieu, Mario était toujours là. Non pas en tant que paparazzi. Non ! En tant que reporter-photographe. Rien, niente sur la vie privée des stars. Il était leur ami.
Mais ses meilleures photos ? Celles de sa famille, comme il se plaît à dire. Sa star préférée ? Sa famille… et Sophie Marceau…
Il aura eu deux expositions photos…. Des clichés qu’il a partagés avec le public à Cannes et à Lyon, au Théâtre Comédie Odéon.

Mario, plus connu que le loup blanc 

Au Festival de Cannes, Sophie Marceau avait tout fait pour qu’il décroche la Plume d’Or, celle attribuée par la presse. A l’époque, personne ne voulait parlait du film "La Boom" à Cannes. Mario, lui, en a fait la promotion. Le geste a touché la grande actrice.
Toujours à Cannes, cette fois à l’occasion d’une soirée privée entre stars. C’est Sharone Stone en personne qui intervient. Les vigiles lui refusent l’accès. L’actrice américaine le fait rentrer… 

Mario, l’indépendant

A Cannes, Mario, le photographe indépendant, n’hésite pas à rappeler les stars à leurs obligations.
C’est lui qui était à l’origine de la grève des photographes en 1983. Il avait dénoncé l’attitude d’Isabelle Adjani qui avait boudé la conférence de presse et refusé de poser devant le photocall. Avec ses collègues, il pose à terre son objectif pendant le passage de l’équipe du film "L’été meurtrier" de Jean Becker. 

De Bizerte en Tunisie à Bron 

Le parcours de Mario était loin d’être tracé.
Mario est né à Bizerte en Tunisie, dans une famille sicilienne. Il a quitté l’école très tôt. Un jour son père lui offre un appareil photo. Il commence à photographier les passants dans la rue, puis les mariages.
A l’indépendance de la Tunisie, il débarque à Marseille avec sa famille. Il prend en photo le carnaval de Nice, puis remonte jusqu’à Cannes. Son premier festival, il le fera en 1958. Il fait alors ses premières piges pour le quotidien Nice Matin.
Après le Sud de la France, il s’installe à Bron. Il rencontre sa femme à la Foire de Roanne. Il devient photographe pour Le Progrès.
Il débutera réellement sa carrière au Palais d’Hiver (fermé en 1985). Il aura fait de nombreux clichés dans les deux music-halls alors en vogue à l’époque, La Maison doré et le Broadway.
Il renouera avec le Festival de Cannes en 1974. Il aura été le doyen des photographes en activité. Car, à l’image d’Aznavour pour ses chansons, il disait toujours : "Cette année, c’est mon dernier festival". L’année d’après, il était toujours fidèle au poste.

Aujourd’hui, Mario, le Sicilien, né en Tunisie, naturalisé Français, s’en est allé…. Une belle étoile est partie… J’ai eu la chance de la rencontrer à plusieurs reprises… RIP…

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
people culture photographie art