"ULTRAS" ces supporters viscéralement attachés à l'Olympique Lyonnais

replay

Mis régulièrement sur la touche, montrés du doigt, virés des stades, qui sont les ultras lyonnais, ces supporters accros à leur club et à leur ville ? Dans son film "Ultras", Maxence Voiseux donne à voir et à entendre une réalité dans laquelle se mêle un cocktail inattendu de fraternité, de fumigènes, de rage et d'amour.

Violents ? Fachos ? Écervelés ? Qui sont les membres qui composent les rangs des Ultras, ces groupes de supporters garés dans les virages des stades, le sud pour "Lyon 1950", le nord pour les "Bad gones" ?

Car c'est d'eux dont il s'agit dans le film de Maxence Voiseux. Un film choral dont le récit est construit à partir d'entretiens menés avec les Ultras de l'OL. Le narrateur porte leurs voix : "Parce qu'on n'aime pas comme on nous traite dans les médias. Alors, on préfère maîtriser notre communication" dit le seul qui a accepté de témoigner. Un du kop sud. Il assume nationalisme et patriotisme et parle de la force du groupe qui parfois "entraine à faire des choses que l'on ne ferait pas en temps normal".  Il parle aussi de l'amour inconditionnel pour l'OL, pour sa ville de Lyon et de son intolérance à tout ce qui les salit.

Parce qu'ils sont comme ça les Ultras : l'amour et la rage chevillés au corps et au cœur. L'OL, c'est leur vie et Lyon, leur territoire.

Mais le film nous emmène bien au-delà. Sur un autre terrain. Moins vert qu'une pelouse, parfois jaune quand il porte un gilet et souvent gris dans le quotidien. C'est Régis qui l'explique le mieux. Régis, c'est le curé de Vénissieux, supporter de l'OL. "Catho de gauche" comme il se définit lui-même : "On n'accompagne pas la misère. On la combat". 

Ce qui se passe dans le stade renvoie à ce qui se passe dans la société

Régis,

curé de Vénissieux et supporter de l'OL

Régis connait bien les Ultras. Il les fréquente depuis plusieurs décennies les jours de match, dans les kops et ailleurs aussi. "La sociologie d'un stade est très en lien avec la sociologie de la ville. Elle se fait en fonction du prix des places. Les Ultras viennent, pour la majorité d'entre eux, des classes populaires. Celles qui subissent l'injustice économique et sociale. Alors oui, pour les Ultras, une action arbitrale peut être ressentie comme une injustice de plus. Dans le virage, ce sera l'explosion. Ce qui se passe dans le stade renvoie à ce qui se passe dans la société". 

"C'est le club qui nous tient reliés à la vie". Le club et son stade mythique de Gerland. Quand il est déserté pour un plus grand, les Ultras se sentent trahis. Même chose quand le club "créé par des pauvres, volé par des riches"  entre en bourse. Ces supporters, viscéralement attachés à l'OL, ne se sentent plus respectés. Ils feront même une "grève des encouragements". 

Etre ultra c'est pas que le foot. C'est surtout une culture. On est les piliers de l'institution.

Des tribunes émergent alors un collectif, une conscience politique qui tranchent avec le repli sur soi. Avec le film de Maxence Voiseux, on plonge dans la "culture ultra". Celle qui dépasse le cadre du foot et de l'indécence du sport-fric. Celle qui transforme les kops en nouvelle utopie du lien social. «On est comme les piliers de l’institution d’une certaine manière. On en tient les murs. On est là pour faire vivre les tribunes, pour se casser la voix, se faire bousculer. On est entre nous, et c’est ça qui nous plaît. Entre frères quelque part, à la vie, à la mort. Défendre le club, la ville, en toute circonstance". 

Proposer une nouvelle lecture des Ultras, c'est relire l'histoire de la société, de ses mouvements sociaux et politiques. Les Ultras ne sont pas des anges. Bon nombre d'entre eux sont encore interdits de stade. Le film de Maxence Voiseux ne se fait pas leur avocat. Il donne à voir et à entendre différemment, loin des poncifs, et c'est déjà beaucoup.

"Ultras" de Maxence Voiseux, une coproduction La générale de production et francetv, à découvrir le jeudi 20 avril 2023 à 22h45 sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes dans la case documentaire la France en vrai et déjà disponible en haut de cet article et sur france.tv. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité