Un bunker à soi : une idée à creuser…

Publié le

L’homme contemporain rêve-t-il de devenir taupe moderne ? Oui si l’on en croit l’engouement que suscite depuis le début de la guerre en Ukraine une société créée en 2015 par deux entrepreneurs rhônalpins, Antoine Pozzi et Guillaume Duméril. Ils réinventent l’abri souterrain en mode familial.

Abrisouterrain.fr propose tout bonnement d’installer dans votre jardin un abri de survie en prêt-à-s’enterrer. Plus chic qu’une banale piscine, moins chronophage qu’un potager, le bunker perso est surtout multi-usages. Il permet de faire face aux situations extrêmes (genre attaque bactériologique surprise ou envoi inamical d’un missile thermobarique sur vos plate-bandes) mais aussi de se faire une cave à vins idéale, une bibliothèque des profondeurs, un havre anti-ondes ou un studio de répétition pour musicien underground…

Un tube personnalisable et ultrarésistant

Le principe : un tube de tôle ondulée, en acier galvanisé à chaud, de fabrication française, 10 fois plus résistant qu’une structure rectangulaire (type container). Près de 3 mètres de diamètre, histoire de ne pas ramper comme un ver de terre : après la pose d’un plancher technique, la hauteur au centre reste d’environ 2.10m. La longueur du tube varie selon vos besoins, de 4 à 21 mètres. Quant à la durée de vie de votre refuge souterrain, elle tourne autour de 70 ans. Autant dire qu'en cas de grabuge planétaire, on a le temps d’y périr d’ennui avant qu’elle ne se pique de rouille.

La cabane au fond du jardin s’installe désormais vraiment au fond, sous quelques mètres de terrain. Prix du loft rond souterrain : en moyenne 50 000 euros pour une vingtaine de m2, terrassement non compris. Ensuite toutes les options sont possibles, même celles qui relèvent de divers degrés de prévoyance ou de paranoïa (autonomie en eau et en énergie, recyclage des eaux usées, système de vidéosurveillance et de communication à l’épreuve de presque tout, etc). Comptez trois jours pour creuser le trou et installer le tube prêt à vivre.

La guerre en Ukraine booste le business du bunker

Les créateurs de ces bunkers personnels, Antoine Pozzi et Guillaume Duméril, croient dur comme fer en leur produit. Depuis 2015, les deux associés disent avoir réalisé une bonne soixantaine d’abris partout en France. Le siège de la société est installé à Saint Priest, tout près de Lyon et d’ici quelques semaines un bunker-show room devrait ouvrir à Chélieu en Isère, sur le site d'assemblage des abris, histoire de pouvoir choisir de visu son modèle de grotte 2.0…

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, le nombre de clients potentiels sur le site d’Abrisouterrain.fr a bondi. Plus de 60 demandes de renseignements par jour, dont un bon quart semblent sérieuses, et près de 180 devis en attente de validation. C’est un marché tout à fait prometteur, si on considère le cruel retard français en matière d’abris souterrains. La Suisse par exemple dispose de quelque 320 000 abris de protection civile, individuels et collectifs, et la population est bunkerisée à plus de 100%. Autrement dit, chaque Suisse a au moins une place souterraine en abri collectif ou en bunker perso. Le luxe helvète...