Une impressionnante collection d'objets des années 50 et 60 : voyage dans le temps assuré dans ce bistrot de Lyon

On y boit du café et de la limonade, rien d'autre! Dans ce café du vieux Lyon, un père et son fils veillent avec leurs clients sur plusieurs centaines de références délicieusement désuètes.

Les portes à peine ouvertes, dans ce café aux tons colorés, les clients se suivent et ne se ressemblent pas. Un habitant du quartier, un touriste anglais, une famille brésilienne, l'authenticité et le charme de chaque détail attirent le regard.

Certains s'arrêtent par hasard, après un coup d'œil derrière la vitrine fourmillante de couleurs pop, d'autres viennent précisément rechercher cette ambiance de reconstitution réactualisée avec des objets des années 50 à 60.

"Je me dis que ça date d'avant ma naissance car il y en a plein qui ne me disent rien" reconnaît une jeune visiteuse attablée à une des tables en formica rouge. "Ce que j'aime c'est que c'est flashy, orange, jaune et j'aime l'idée de recycler et de ne pas jeter" ajoute une autre cliente en terrasse.  

Une épicerie bazar

"Chacun de ces objets, quand je le regarde je me souviens du moment où je l'ai acheté", raconte celui qui les a minutieusement chinés un à un. "Je me souviens avec qui, à quel endroit, c'est plein de flashs positifs", explique Gérard Murat, le fondateur de ce lieu atypique et surprenant. 

 "J'ai sorti tout ce que j'avais entassé, pour recréer une épicerie bazar des années 60/70. Et certaines fois des touristes veulent les acheter, je me souviens notamment d'Américains, qui pour une banderole Banania m'ont proposé de la vendre mais même si on m'en donnait 10 000 euros je ne la vendrais pas, c'est ici dans le décor et ça reste ici". 

Limonade et Marinette : deux clins d'oeil d'époque 

La Limonade de Marinette, le nom du lieu sonne comme dans un transistor des années 50. La boisson était populaire pendant les 30 glorieuses, alors elle retrouve ici le succès de sa pétillance sucrée, un brin impertinente et festive. 

Marinette "c'est un hommage familial et patrimonial", résume Thibault Murat. En effet, qui n'a jamais croisé une femme de cette génération avec un nom en "ette" ? Marinette c'est un clin d'oeil aux Paulette, Henriette, Josette : grands-mères, et tantes qu'on imagine avec le chignon bien épinglé, et une robe à carreaux.  

Des objets chinés pendant 30 ans

Limonade et café, ici ce sont les seules boissons proposées. Thibault Murat a pris le relai de son père depuis cinq ans. "De 8 à 18 ans j'ai tout suivi et après l'objectif c'était de créer un lieu où il puisse montrer sa collection" raconte-t-il. "Mettre les objets sur les étagères ça été très très très très long!", ajoute son père qui rit encore de se voir déballer des cartons entiers puis recommencer car l'harmonie n'y était pas avec les couleurs ou les formes d'à côté. 

"Des objets qui ont marqué plusieurs générations, tous en excellent état. Je pense que les objets de cette époque étaient flamboyants, avec des couleurs, des graphismes extraordinaires, des personnages ... Je suis tombé amoureux de cette époque qui ressemblait à quelque chose car c'était plein de vie" résume le collectionneur. 

 "C'est important de se connecter à toutes les générations" ajoute son fils.  "Parce qu'à travers des lieux comme ça, on peut se connecter à ces objets et c'est plus une question de sensibilité que d'âge. L'idée n'était pas pour mon père de garder tout cela dans un grenier "

Dans cette rue du quartier Saint-Georges à Lyon, la musique, l'odeur du carton et les réclames transforment ces quelques mètres carrés en machine à souvenirs et à inspirations. Rien de nostalgique dans ce musée d'un autre genre, un lieu vivant où chaque objet raconte, en silence, sa propre histoire. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité