Vaugneray, près de Lyon, l'Eldorado du passeport sans rendez-vous

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Rosso

Alors que l'angoissante course contre la montre pour l'obtention d'un passeport a commencé, à l'approche des vacances, de nombreuses mairies n'ont plus de rendez-vous à proposer avant cet été. La commune de Vaugneray propose, elle, deux matinées par semaine sans-rendez-vous. Mais pour déposer son dossier, il faut faire la queue, et être motivé...

4 heures du matin, sur la place de la Mairie, à Vaugneray, dans l’ouest lyonnais. Le soleil n’est pas encore levé, mais plusieurs personnes font déjà la queue, assises sur les marches du bâtiment. Et certains viennent de très loin. De la Loire, de l’Isère, et même parfois, de la capitale. Attendre plusieurs heures dans le froid, c’est le prix à payer pour obtenir… son passeport.

Un passeport sans rendez-vous

Car à l’approche des beaux jours, comme chaque année, les délais pour obtenir un rendez-vous afin de renouveler ou de faire ses papiers d’identité explosent. Sur Lyon, aucun créneau avant le mois de juillet. Ailleurs, il n’est parfois même plus possible de trouver une date. « Nous n’avons plus de créneaux disponibles », affichent une grande majorité des mairies françaises sur leur site internet. Trop tard pour espérer partir cet été…

Depuis plusieurs années déjà, la mairie de Vaugneray propose donc deux matinées par semaine dédiées aux titres d’identités. Sans rendez-vous. « On estime que chaque citoyen doit avoir la possibilité d’obtenir ses papiers d’identité dans des délais convenables, c’est un droit », explique Béatrice Dumortier, adjointe au maire, sans étiquette.

Une affluence record, après deux ans de confinement

Mais depuis que la perspective de vacances sans virus se confirme, la mairie est prise d’assaut. « Parfois, il y a une quarantaine de personnes qui attendent devant la mairie», s’exclame l’élue. C’est elle qui, chaque matin, distribue les précieux tickets qui permettent de déposer un dossier dans la matinée. Il n’y en a que 25. Premier arrivé, premier servi.  

Et le tuyau se refile rapidement, même sur les réseaux sociaux. « C’est à 40min de Lyon et c’est la solution la plus safe pour avoir son passeport à temps », écrit une internaute.  « J’ai appelé tout le monde… Lyon impossible avant août donc j’ai abandonné. Villefontaine ils me proposent le 15 juillet… L’Isle d’Abeau faut les rappeler, pas de place avant fin juin », s’exaspère une autre qui a donc décidé de tenter l’Ouest Lyonnais. Des français, qui après deux ans de confinement, ont la bougeotte. Et dont les passeports sont malheureusement périmés...

Une situation problématique

« La semaine dernière, un monsieur est venu de Paris. Il était là à 2h du matin, avec son sac de couchage… Les gens sont sacrément motivés », sourit Béatrice Dumortier.  Au-delà de la blague, cependant, l’élue tient à souligner l’absurdité de la situation. Car les titres d’identités ne sont pas uniquement nécessaires aux français qui souhaitent prendre l’air cet été. « Pour les jeunes qui doivent passer des examens par exemple,  cela peut-être très problématique… ». Et elle ajoute : « Trois mois pour obtenir son passeport, ce n’est pas normal qu’en France, on en soit arrivés à ce stade-là. Si d’autres mairies jouaient le jeu, on pourrait peut-être permettre à tout le monde d’accéder à ses titres d’identité dans un délai raisonnable ».  

Jouer le jeu. Pour la petite commune de Vaugneray, cela signifie mobiliser tous les agents à l’Etat civil deux matinées par semaine. Ils sont six, et ils doivent donc instruire 25 dossiers en un temps record. « Je vous laisse imaginer les cadences que cela implique… quand on sait que normalement, il faut prévoir 20 min par rendez-vous en moyenne », explique encore Béatrice Dumortier, avant de saluer l’application et la rapidité de ses collègues. La semaine dernière, ils ont délivré plus d’une centaine de titres d’identité. Belle performance, pour la petite commune de 6000 habitants.  

Et pour les âmes motivées, un avertissement, tout de même : il faudra s’armer de patience et prévoir la matinée. Les plus grosses affluences sont encore à prévoir. « Parce que celui qui n’a pas eu son ticket le mardi à 8h, je peux vous assurer qu’il sera là le jeudi à 2h du matin ! », prévient l’adjointe au maire.