Touriste américaine en larmes lors de son séjour à Lyon : Angela, victime du syndrome de Paris ?

La vidéo d'une influenceuse américaine en pleurs, déçue de son voyage à Lyon, a beaucoup fait réagir en ce début janvier. Angela a accepté de nous en dire plus sur son séjour et sa réaction. Souffre-t-elle du "syndrome de Paris" ? Nous avons également posé la question à une psychanalyste.

En quatre jours, la vidéo d'Angela, connue sur les réseaux sous le nom de RealPhDFoodie, a dépassé les six millions de vues sur TikTok. Cette Américaine y raconte, les larmes aux yeux, son expérience solitaire en tant que touriste à Lyon et son désenchantement par rapport à ses attentes de la France.

"C'est une ville magnifique, avec pleins de choses à voir et à découvrir. Mais je ne la recommande pas pour un voyage seul ou si on ne parle pas français. C'est une expérience qui m'a beaucoup isolée. Les gens sont indifférents ici", témoigne Angela, la voix tremblotante, dans sa vidéo intitulée "France made me cry" ("La France m'a fait pleurer") postée sur TikTok le 5 janvier 2024.

@realphdfoodie Solo traveling in France is such an isolating experience. Do not recommend for solo travelers and people who do not speak French. #france #lyon #lyonfrance🇫🇷 #lyonfrance #solotraveler #solofemaletraveler #solotravelwoman #frenchculture #frenchcultureshock #fyp #fypシ ♬ original sound - RealPhDFoodie

Pendant deux minutes, l'influenceuse originaire de San Francisco explique qu'ailleurs, elle n'avait jamais eu de problèmes pour sociabiliser avec les locaux, que ce soit en Italie ou en Allemagne. "Les gens vous font sentir mal parce que vous ne connaissez pas leur culture ou vous ne parlez pas leur langue. Je me sens presque stupide d'être venue ici, à dépenser de l'argent...", conclut-elle.

Un syndrome de Paris à Lyon ? 

Cette réaction peut s'apparenter à ce qu'on appelle "le syndrome de Paris", que le japonais Hiroaki Ota a décrit dans les années 1980. Installé à l'hôpital Saint-Anne à Paris, ce psychiatre explique dans un article paru en 2004 avoir reçu plusieurs touristes japonais, totalement décontenancés une fois arrivés dans la capitale française. "À cette époque, ils étaient férus de magazines de mode, et avaient en tête plein d'images de Paris liées au luxe ou aux marques que leur renvoyaient les médias", explique la psychanalyste Eriko Thibierge-Nasu à France 3 Rhône-Alpes.

Le décalage entre ces clichés de Paris et la réalité de la vie parisienne, la saleté des rues ou encore l'accueil que leur réservaient les Parisiens affectaient énormément ces touristes, essentiellement des femmes. "Ça en faisait décompenser certains qui devaient faire un séjour à l'hôpital", note la psychanalyste. Dans son article, Hiroaki Ota explique que 63 patients japonais ont été hospitalités pour des troubles du comportement, des états d'angoisse voire des comportements violents pouvant aller jusqu'à la tentative de suicide.

Ce qu'elle a vécu, ce n'est pas nouveau, j'en entends beaucoup parler. Ce qui est moins banal, c'est qu'elle ait parlé de ça sur TikTok.

Eriko Thibierge-Nasu

Psychanalyste

"Pour notre touriste à Lyon, on n'en est pas là. Elle est triste, sans plus", tient à relativiser Eriko Thibierge-Nasu. "Mais ce qu'elle a vécu, ce n'est pas nouveau, j'en entends beaucoup parler. Ce qui est moins banal, c'est qu'elle ait parlé de ça sur TikTok."

"Ce qui est vrai, c'est que les Parisiens, et j'en suis sûr les Lyonnais aussi, ne sont jamais très accueillants. Et encore, c'était bien pire dans les années 80, quand on a diagnostiqué le syndrome de Paris. Les Parisiens étaient extrêmement arrogants et le tourisme de masse était méprisé", continue l'experte.

Un effet "Emily in Paris" ?

Cette dernière explique recevoir de nombreux touristes japonais qui lui parlent de la série Emily in Paris, dans laquelle une Américaine déménage dans la capitale française. Trente épisodes imprégnés par l'image fantasmée de Paris qu'ont les Américains. "Cette série gonfle une image idéalisée de la France. Angela pensait que ça se passerait comme pour Emily à Paris, que les Français l'invitent chez eux, qu'ils aillent faire du tourisme avec elle... Mais non, on ne fait pas ça en France."

@realphdfoodie Arrived in Lyon France on NYE trying to find dinner. I thought I was going to eat escargot and foie gras tonight. 😭 #lyon #france #lyonfrance #lyonfrance🇫🇷 #nyedinner #nye2023 #frenchcultureshock #fyp #fypシ ♬ original sound - RealPhDFoodie

D'autant que l'influenceuse culinaire s'est rendue dans la capitale des Gaules pendant le Nouvel An, pensant pouvoir célébrer 2024 avec des Lyonnais. "Dans les pays anglo-saxons, on fête beaucoup le 31 dehors, dans un bar, un restaurant. Mais pas ici ! Il faut qu'elle se renseigne. C'est vraiment de l'ignorance", tacle Eriko Thibierge-Nasu, qui trouve "ridicule" le fait qu'Angela ait acheté un béret pour mieux s'intégrer, comme elle l'explique dans sa vidéo. 

Tout d'un coup, tout le monde en France s'intéresse à ce que je dis.

Angela

En réaction à notre demande d'interview

Alors que sa vidéo TikTok a beaucoup fait réagir, nous avons contacté la blogueuse, ce qui l'a d'ailleurs étonné. "Tout d'un coup, tout le monde en France s'intéresse à ce que je dis. [...] Quand j'y étais, personne ne voulait me parler à part cette gentille Française à l'hôtel", a-t-elle posté dans sa story sur Instagram après notre proposition d'interview.

Depuis son hôtel de Milan, où elle poursuit son voyage à travers l'Europe, Angela revient sur son expérience lyonnaise. "J'ai fait tous les efforts possibles pour interagir avec les gens, ce qui est important quand on voyage, surtout seule. Je ne voulais pas être isolée. Donc je reste ouverte, sociable, polie... Mais les gens étaient indifférents et pas intéressés", témoigne-t-elle.

La Californienne explique avoir participé au bout de trois jours à une visite guidée de Lyon pour rompre sa solitude, qui s'explique peut-être par le fait qu'elle se trouvait à Lyon en pleine période des fêtes de fin d'année. "C'est le seul jour que j'ai apprécié parce que le guide était très sympa. Et encore, il était de Barcelone", lâche-t-elle dans un rire. 

Une vague de critiques... 

"Je suis une créatrice de contenu, donc je voulais documenter mon voyage. J'avais besoin de partager ma frustration. Mais je l'ai faite et je l'ai presque oubliée après. Ce n'est que quelques heures après, en allumant mon téléphone, que j'ai vu toutes les réactions", explique-t-elle au sujet de sa fameuse vidéo, qui lui a valu plusieurs critiques.

"Les gens ont cru que je m'attendais à un séjour à la Emily in Paris. Mais je n'ai jamais regardé la série ! Et le béret, je l'ai acheté le dernier jour pour prendre des photos souvenirs avec. Je pense qu'on parle autant de la vidéo parce que les gens ont eu des expériences similaires à la mienne."

... et de soutiens

Mais sur TikTok ou X (ex-Twitter), de nombreux Lyonnais et Français ont aussi soutenu Angela. "Beaucoup de gens me disent qu'ils auraient aimé me croiser pendant mon séjour. Il y a vraiment des personnes gentilles en France, je ne veux pas généraliser à tous les Français ! Je pense que si je reviens, j'aurai une bien meilleure expérience que la semaine dernière", prédit-elle.

Cela tombe bien, l'office de tourisme de Lyon a réagi à ce buzz. "Cela nous attriste toujours qu'un séjour à Lyon se déroule mal. En France, il est parfois compliqué de réserver un restaurant le 31 décembre et les commerces sont généralement fermés pour le 1er janvier, jour férié. Il serait dommage de s'arrêter à une mauvaise expérience. Nous invitons [Angela] à prendre contact avec l'office pour programmer une nouvelle visite." Une invitation qu'Angela a acceptée...

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité