La ville de Lyon critique le "plan vélo" de la métropole sur fond de guerre politique

La ville de Lyon a dénoncé ce samedi 2 mai, l'organisation "guidée par la facilité" du plan vélo proposé par la métropole pour favoriser le 2 roues après le déconfinement. Illustration de l'opposition entre les 2 collectivités après le 1er tour des élections métropolitaines.

La ville de Lyon demande à la métropole "qu’elle procède à une nouvelle analyse urgente" de son plan vélo, et qu’elle en reconsidère "le calendrier et les modalités".
La ville de Lyon demande à la métropole "qu’elle procède à une nouvelle analyse urgente" de son plan vélo, et qu’elle en reconsidère "le calendrier et les modalités". © Maxime Jegat / Maxppp
A la ville de Lyon, on ne prend plus de gants pour taper sur la métropole. Dans un communiqué diffusé samedi 2 mai, la mairie critique vertement le tracé du "plan vélo", proposé par la métropole pour favoriser le 2 roues à l'aube du déconfinement. Une divergence de tracés qui révèle surtout l'hostilité marquée entre les 2 collectivités, après la guerre fratricide entre les candidats Collomb et Kimelfeld, qui a conduit à leur échec au 1er tour des élections municipales et métropolitaines. 


 

Des propositions "guidées par la facilité de réalisation"

La semaine dernière, la métropole de Lyon a présenté aux différentes communes le déploiement d'un plan vélo pour accroître l'usage du 2 roues : 11 tracés partiels seront déployés mi-mai, les autres déploiements sont prévus à l’été ou en fin d’année. La ville de Lyon regrette que la plupart des tracés stratégiques, sur les secteurs de centre-ville aient été jugés « trop complexes » et reportés à l’été voire en fin d’année. "En effet, une fois les habitudes de circulation reprises sur les zones à fort trafic, il sera difficile de faire changer les habitudes de mobilité", dénonce la mairie. Alain Giordano, adjoint au Maire de Lyon chargé des Espaces verts et du cadre de vie, regrette que "ces propositions soient guidées par la facilité de réalisation des tracés, alors que ce sont les concentrations de flux qui auraient dû fixer l’ordre des priorités."

 

 

La guerre se poursuit après l'échec du 1er tour

La ville de Lyon demande donc à la métropole "qu’elle procède à une nouvelle analyse urgente de ce plan et qu’elle veuille bien en reconsidérer le calendrier et les modalités de mise en œuvre". La métropole n'a pas commenté à ce stade, mais ce nouvel épisode illustre la confrontation ouverte entre les 2 collectivités, sur fond d'opposition politique. La guerre fratricide entre Gérard Collomb et David Kimelfeld pour l'élection à la présidence de la métropole de Lyon s'est soldée par un échec (prévisible) des 2 candidats au 1er tour de l'élection, le 15 mars dernier. Gérard Collomb (LREM) et son concurrent dissident David Kimelfeld sont arrivés en 3e et 4e position, derrière les candidats des verts (EELV) et de la droite (DVD). Suite à la crise sanitaire, le déroulement de l'élection a été suspendu, et selon la date retenue par le gouvernement pour poursuivre l'élection, un nouveau 1er tour pourrait être organisé. Visiblement, pour l'heure, les 2 candidats ne semblent pas prêts à saisir cette deuxième chance de s'unir.  




 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société vélo économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter