Seveso : La société Chimiméca conserve son permis de construire à Jonage (Rhône), le maire va faire appel

Le tribunal admnistratif de Lyon a suspendu l’arrêté pris par le maire de Jonage, qui retirait le permis de construire à la société Chimimeca, classée Seveso. L'élu a décidé de faire appel.

Le maire de Jonage (Rhône), Lucien Barge "prend acte" de la décision du tribunal administratif de Lyon qui a suspendu l’arrêté de la municipalité, retirant le permis de construire accordé à la société Chimiméca, classée Seveso. Il va faire appel.
Le maire de Jonage (Rhône), Lucien Barge "prend acte" de la décision du tribunal administratif de Lyon qui a suspendu l’arrêté de la municipalité, retirant le permis de construire accordé à la société Chimiméca, classée Seveso. Il va faire appel. © FTV
Le maire de Jonage (Rhône), Lucien Barge "prend acte" de la décision du tribunal administratif de Lyon qui a suspendu l’arrêté de la municipalité, retirant le permis de construire accordé à la société Chimiméca, classée Seveso, pour s’implanter dans le parc industriel des Gaulnes.
L'élu a décidé de faire appel de cette décision et d'aller en cassation. Coûte que coûte, la ville de Jonage souhaite empêcher cette installation sur sa commune.
 
L'élu a décidé de faire appel de cette décision et d'aller en cassation. Coûte que coûte la ville de Jonage souhaite empêcher cette installation à quelques mètres des habitations de sa commune.
L'élu a décidé de faire appel de cette décision et d'aller en cassation. Coûte que coûte la ville de Jonage souhaite empêcher cette installation à quelques mètres des habitations de sa commune. © FTV
 

"On ne veut pas d’une vallée de la chimie à Jonage"

 
Pour sébastien Meunier, l'un des membres fondateurs, ce projet est une source d'inquiétude. Il habite à quelques centaines du terrain sur lequel l'entreprise lyonnaise.
Pour sébastien Meunier, l'un des membres fondateurs, ce projet est une source d'inquiétude. Il habite à quelques centaines du terrain sur lequel l'entreprise lyonnaise. © FTV

En octobre dernier, une association "agir pour l'environement jonageois" s'est créée pour dire "non" à ce projet. Pour sébastien Meunier, l'un des membres fondateurs, ce projet est une source d'inquiétude. Il habite à quelques centaines de mètres du terrain sur lequel l'entreprise lyonnaise "Chimimeca", a jeté son dévolu. Cette perspective l'interroge : " Est-ce qu'il est bien responsable en 2019, d'implanter des usines à risques à 850 mètres d'une école et à une centaine de mètres des habitations ? Il s'agit d'une industrie qui utlise des produits nocifs et dangereux ! Et en cas d'incendie, qu'est ce qu'il se passe?" Sébastien Meunier pense à la catastrophe de l'usine Lubrizol à Rouen.
   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seveso économie industrie justice société