Toupargel : "La semaine prochaine, on appelle les clients pour leur dire aurevoir", les salariés n'y croient plus

Les salariés de l'entreprise Toupargel (rebaptisée Place du Marché depuis 2021) basée à Civrieux-d'Azergues (Rhône), se sont réunis ce 3 janvier devant le Tribunal de commerce de Lyon, où se tenait une audience préliminaire de mise en cessation de paiement. Après des mois de recherches pour trouver un repreneur, les salariés ne croient plus en la possibilité de sauver leur entreprise.

Ils étaient une petite dizaine à se regrouper devant le Tribunal de commerce de Lyon ce mardi matin, 3 janvier 2022. Les salariés de Place du Marché (ex-Toupargel), une entreprise de livraison de produits surgelés basée à Civrieux-d'Azergues dans le Rhône, voulaient une dernière fois faire entendre leur cause.

Faute de repreneur, leur entreprise mettra la clé sous la porte dans une semaine. 1 600 personnes employées se retrouveront au chômage. Ils sont 1900 au total avec toutes les entreprises annexes sur tout le territoire. Dans notre région, plusieurs centaines de salariés sont concernés à Civrieux-d'Azergues, Villeurbanne (Rhône), La Tour du Pin, Grenoble (Isère) et Saint-Vallier (Drôme). La liquidation judiciaire devrait être prononcée le 11 janvier prochain. 

"On y a cru quand on a eu un candidat à la reprise mais au fur et à mesure on s'apercevait que cela n'allait pas se faire", explique Sandrine Goubert, déléguée CGT de l'entreprise. L'enseigne de distribution Tazita, déjà implanté dans la région, s'est positionnée sur le dossier, avant de se retirer. 

"Ils voulaient faire du clic-and-collect à Villeurbanne par exemple, mais ce n'est pas possible sur notre site là-bas", poursuit-elle. Sandrine Goubert ne cache pas sa tristesse, partagée avec ses collègues. "Même si l'offre de reprise ne concernait que la moitié des salariés, on se disait que c'était déjà ça. Aujourd'hui on y croit plus du tout."

Certains sont là depuis 30 ans 

Pour cause, les employés ont déjà connu une reprise. Il y deux ans exactement, le 6 janvier 2020, Toupargel était déjà rachetée par la famille Badourian, actionnaire du groupe Grand Frais. Une reprise qui a conduit au changement de nom de l'enseigne pour Place du Marché en mars 2021. Le nouveau projet n'a donc pas pris.

"On parle de 1 600 personnes qui vont perdre leur travail", poursuit Sandrine Goubert. "Beaucoup sont là depuis 10, 20 ou 30 ans. Ils sont cinquantenaires alors cela ne va pas être facile pour retrouver un emploi".

Touché par "des éléments extérieurs imprévisibles et incontrôlables"

Une source proche du dossier, contactée par l'AFP, entend de son côté positiver, car, "malgré la date limite de dépôt des offres" de reprise, "tout n'est pas encore terminé", a-t-elle assuré. Si des candidats sérieux se manifestaient, une reprise pourrait être encore envisageable, selon cette source.

L'entreprise a dû affronter "des éléments extérieurs imprévisibles et incontrôlables" comme la crise sanitaire puis la vague d'inflation, plaidait-elle fin octobre, demandant alors son placement en procédure de sauvegarde.

On laisse 280 000 clients sur le carreau.

Une employée

La direction espérait "trouver des solutions comme par exemple l'adossement à un partenaire à forte notoriété qui pourrait permettre à Place du Marché de trouver l'équilibre nécessaire à sa rentabilité".

 "La semaine prochaine, on appelle les clients pour leur dire au revoir", soupire une représentante du personnel. "On laisse 280 000 clients sur le carreau."

Le tribunal de commerce de Lyon, qui avait placé l'entreprise redressement judiciaire le 29 novembre dernier, doit se pencher sur sa situation lors d'une audience programmée le 11 janvier. Faute de candidat à la reprise, il pourrait prononcer la liquidation de l'entreprise.

Propos recueillis par Sylvie Cozzolino et Marjorie Nadal