• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

23 bêtes tuées dans une attaque de loup à Saint-Colomban-des-Villards (Savoie)

C'est la première attaque de l'année à Saint-Colomban-des-Villards, mais elle a été meurtrière. Quelques heures seulement après avoir installé son troupeau de brebis sur un alpage près du centre du village, ses bêtes ont été attaquées, et une vingtaine d'entre elles tuées.

Par Quentin Vasseur

Au lendemain de l'attaque, la première de l'année à Saint-Colomban-des-Villards (Savoie), il ne restait vendredi qu'à constater les dégâts... Trois brebis et vingt agneaux tués dans la nuit... et le coupable est tout trouvé.

Les attaques de loups sont carrément stimulées, là" déplore l'éleveur, Alain Emieux. "Celui qui les a pris doit vraiment avoir une grosse mâchoire".


Les bêtes étaient arrivées hier soir sur cette parcelle située à seulement 100 mètres du centre du village. Un berger se trouvait dans une caravane à proximité, surveillant un troupeau voisin, mais il n'a rien pu faire lorsque l'attaque a eu lieu, avant l'aube.

On sait même pas s'il y en avait qu'un ou s'il y en avait deux


"Le loup était malin il a attaqué au moment où il pouvait attaquer" explique Pierre Yves Bonnivard, maire de Saint-Colomban-des-Villard, qui admet qu'"on sait même pas s'il y en avait qu'un ou s'il y en avait deux. Ou plusieurs."

Une nouvelle attaque de loup à Saint-Colomban-des-Villards
Intervenants: Alain Emieux, éleveur - Gaec de la Fia ; Pierre-Yves Bonnivard, maire de Saint-Colomban-des-Villards ; Pierre-Marie Charvoz, conseiller départemental de la Savoie ; Jacqueline Dupenloup, maire de Saint-Alban-des-Villards - Reportage de Cédric Picaud et Frédéric Pasquette.

Dans cette commune, qui avait connu 30 attaques de loups en 2016, les dégats sur les troupeaux sont fréquents et les éleveurs sont découragés. 

Des alpages à l'abandon


Certains alpages, trop proches du canidé, ont déjà été abandonnés et risquent de se transformer en friches. "Dans quelques années il faudra payer des gens pour défricher au bord des villages, des choses que faisaient les bêtes et les éleveurs" peste Pierre-Marie Charvoz, conseiller départemental de la Savoie.

Alain va continuer à mener ses bêtes dans les alpages jusqu'à sa retraite, mais il a déjà interdit à son fils de reprendre les rennes de l'élevage...

A lire aussi

Sur le même sujet

Abattage des platanes malades à Grenoble

Les + Lus