Chambéry : une "riposte antifasciste" face à la venue d'Eric Zemmour, un dispositif de sécurité mis en place à l'occasion du meeting du candidat

Un important dispositif de sécurité a été mis en place ce vendredi 25 février par la préfecture de Savoie, à l'occasion d'un meeting d'Eric Zemmour au Phare de Chambéry.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Plus de 60 policiers et CRS mobilisés et une partie des alentours du Phare de Chambéry bloquée. La venue d'Eric Zemmour, candidat à l'élection présidentielle, en Savoie a nécessité la mise en place d'un important dispositif de sécurité.

La préfecture de Savoie a mobilisé de nombreux agents de la sécurité publique. Une soixantaine de policiers et de CRS sont appelés près de la salle de spectacle de Chambéry et pourront agir "en cas de troubles", précise la préfecture de Savoie.

Eric Zemmour, candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle, doit tenir un meeting ce vendredi dès 19h30, au Phare. La réunion publique devait avoir lieu, dans un premier temps, en Haute-Savoie avant d'être délocalisée dans cette salle située en dehors du centre-ville de Chambéry.

Un rassemblement pour une "riposte antifasciste"

Un rassemblement pour une "riposte antifasciste" est prévu une heure avant le début du meeting, à 18h30, devant la mairie du quartier de Bissy. Cette manifestation a bien été déclarée en préfecture et a été autorisée.

Elle sera également encadrée par des forces de l'ordre, qui sont appelées à intervenir si le cortège de manifestants venait à prendre la direction du Phare, situé à un petit kilomètre. De nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont indiqué participer à cet événement.

Sur Twitter, le maire de Chambéry, Thierry Repentin, a indiqué qu'"Eric Zemmour n'(était) pas le bienvenu". "Son discours raciste, sexiste et violent est à rebours des valeurs partagées par les Chambériens et les Savoyards : il ne représente pas notre territoire", a-t-il expliqué.

Dans un communiqué, la majorité municipale indique également que "face à l'impasse de l'exclusion et du repli identitaire, (ils) choisiront toujours l'ouverture et la concorde républicaine. Eric Zemmour ne nous représente pas."