Des conseillers de l'ombre autour de Marine Le Pen, deux ex-magistrats membres de ce groupe très "secret"

Des hauts-fonctionnaires, des chefs d'entreprise et des experts conseillent, dans l'ombre, Marine Le Pen. Ce groupe cultive le secret et ses membres protègent leur anonymat. L'identité de deux membres de ce club rapproché et très fermé transparaît toutefois. Il s'agit de deux ex-magistrats bien connus en Occitanie.

Les Horaces. Les férus de mythologie antique reconnaissent immédiatement la référence à des héros romains. Mais le terme a pris une dimension franchement politique au XXIe siècle. L'expression s'étale dans la presse depuis quelques années et désigne un groupe d'experts qui fournit à Marine Le Pen notes, idées et éléments de langage.

Caractéristique : les Horaces du RN sont tous issus de l'élite administrative, économique ou universitaire. Mais surtout les membres de cet aréopage cultivent le secret sur leur identité et préservent soigneusement leur anonymat. Une enquête du quotidien Libération relance l'intérêt pour ce groupe aussi discret qu'influent. Le voile reste épais. 

Mais l'identité de deux membres n'est absolument pas confidentielle. Il s'agit d'ex-magistrats : l'ex procureur adjoint de Toulouse et l'ancienne tête de liste du RN aux Régionales.

Un ex procureur à Toulouse

En 2008, un nouveau magistrat arrive de Bayonne où il occupait les fonctions de Procureur. Il reste au Parquet, mais en tant qu'adjoint. Son nom : Patrice Michel. Dans les années 2000, avant les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Garonne, il a occupé un poste important à Bruxelles dans une institution, Eurojust, qui lutte contre la délinquance organisée. 

En 2015, le magistrat est rejoint par sa femme, elle-même membre du Parquet. Une mutation qui, d'ailleurs, a été précédée d'une enquête interne visant l'ancienne Procureure de Tarbes suite à des soupçons de "fuites" dans le cadre d'une procédure judiciaire visant le maire de la ville, Gérard Trémège. 

En 2017, le nom de Patrice Michel apparaît de nouveau dans la presse. Le magistrat siège à la commission d'appel de la Fédération Française de Rugby. Cette décision intervient alors que des révélations évoquent des pressions exercées par Bernard Laporte pour réduire les sanctions envers le club de Montpellier, propriété de l'homme d'affaire, Mohed Altrad. 

Cinq ans après cet épisode, le magistrat toulousain revient dans l'actualité. Patrice Michel est placé sous le statut de témoin assisté dans le cadre d'une affaire de complot politique contre une députée de la Haute-Garonne

A l'époque, son avocat déclare :  "Le juge a constaté l’absence totale de charges à l’encontre de mon client. Cette décision rend son honneur à Patrice Michel, injustement mis en cause dans cette affaire et injustement l’objet d’une cabale médiatique, a réagi son avocat Emmanuel Ravanas. La vérité est que Patrice Michel a délivré un article 40, et c’est tout. Ni avant, ni pendant, ni après, il n’a participé à un quelconque quatuor visant à déstabiliser qui que ce soit. Le juge l’a constaté de manière on ne peut plus claire."

Le feuilleton judiciaire débute en 2021 mais les faits remontent aux législatives de 2017. Depuis, Patrice Michel a pris sa retraite. Et ce n'est pas la seule mise en retrait. En effet, le magistrat honoraire a déclaré  au quotidien Libération s'être retiré du groupe d'expert entourant Marine Le Pen en 2022.

Il ne donne pas de détail sur la durée de son implication auprès de la leader du Rassemblement National. Petite précision :  les Horaces existent depuis 2015. Patrice Michel a-t-il été un membre de la garde rapprochée de Marine Le Pen alors qu'il était encore en fonction ?

La question reste sans réponse. Interrogé à ce sujet, un des très rares membres revendiqués des Horaces, Jean-Paul Garraud, répond : " je n'ai pas d'info à ce sujet".

Un indice montre que Patrice Michel a ou pu être un membre de "passage", sur une durée limitée. En effet, il ne mentionne qu'un seul sujet abordé au sein du cénacle "lepeniste" : les OQTF c'est-à-dire les Obligations de Quitter le Territoire Français.

Un ancien magistrat, tête de liste aux régionales en Occitanie

Les Horaces sont, par définition, dans l'intimité politique de Marine Le Pen. Leurs réunions sont fréquentes, 1 à 2 fois par semaine, et les rencontres avec la leader du RN habituelles. Mais tous les membres du groupe n'appartiennent pas forcément au Rassemblement National.

Mais ce n'est pas le cas de Jean-Paul Garraud. L'ancien magistrat est eurodéputé et siège sous l'étiquette RN. Et il affiche, jusque sur sa fiche Wikipédia, son apparteance aux Horaces. Avec le secrétaire général du Think Tank, l'eurodéputé André Rougé, il est un des rares à ne pas faire mystère de son appartenance à ce club très fermé.

Mais la transparence a des limites. Jean-Paul Garaud déclare n'avoir rien à dire sur le sujet. Et il conserve un silence total sur l'identité des autres Horaces.

L'ancien magistrat estime que dévoiler un nom mettrait en danger la carrière de ses camarades.