• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Grève. Le service des urgences de l'hôpital de Chambéry à bout de souffle

Les personnels des urgences de Chambéry manifestent devant l'hôpital pour exprimer leur mal-être / © Jean-Christophe Pain / France 3 Alpes
Les personnels des urgences de Chambéry manifestent devant l'hôpital pour exprimer leur mal-être / © Jean-Christophe Pain / France 3 Alpes

Depuis 4 ans, l’activité des urgences de l’hôpital de Chambéry a augmenté de 20% sans que les effectifs n’aient suivi. Les personnels sont à bout. Ils manifestent, ce mardi 11 juin 2019, alors que le Sénat doit adopter le projet de loi Santé porté par Agnès Buzyn.
 

Par AH

Ils ont répondu à un appel à la grève nationale porté par plusieurs syndicats, FO, CFDT, CGT.

Infirmiers, aides-soignants, secrétaires, ambulanciers manifestent ce mardi devant l'hôpital de Chambéry. 

En 4 ans à Chambéry (2014-2018) l'activité des Urgences a augmenté de plus de 20 % pour atteindre les 140 passages par jour en moyenne (51 000 par an) pour 8 infirmiers (6 la nuit) payés 1480 euros nets en début de carrière.
 

Parmi les grévistes, des inconnus : les Assistants de Régulation Médicale, la première personne à qui vous parlez quand vous appelez le 15. Plus de 560 appels par jour (+27% en 4 ans) pour 5 assistants en haute-saison d'hiver (sinon 4).

Tous estiment que les conditions de travail actuelles ne permettent plus de soigner dignement et en toute sécurité.
 
Le service des urgences de l'hôpital de Chambéry à bout de souffle
Intervenants : Marie-Christine Cunsolo aide-soignante Urgences Chambéry, Benjamin Falda-Buscaiot assistant de régulation médicale. Reportage : JC Pain, M. Quemener, E. Achard

Les personnels de l'hôpital dénoncent, par ailleurs, la multiplication des inciviltés et violences quotidiennes dont ils sont victimes.
 

Ils réclament une augmentation des effectifs, une valorisation des salaires et une reconnaissance de la pénibilité du travail…

Et appellent à signer une pétition nationale de soutien aux services d'accueil des urgences pour faire pression sur le gouvernement alors que le Sénat doit adopter aujourd'hui le projet de loi Santé porté par Agnès Buzyn.

Projet dont l'objectif est de mieux organiser le système de santé dans les territoires pour désengorger les urgences tout en renforçant l'accès aux soins.

Nous avons appelé le médecin et député macroniste grenoblois Olivier Véran, qui siègeait aujourd'hui à l'Assemblée. Il nous a déclaré, je cite : "on n'est plus à l'époque des rustines, la loi est nécessaire pour changer l'organisation. Mais la santé est un système long à changer".



 

Sur le même sujet

Jean-Claude Daurat, président de la communauté de commune Ambert - Livradois Forez

Les + Lus