Malgré les protestations, les arbres tombent à Chambéry

© Maxence Regnault
© Maxence Regnault

Ils n'ont pas hésité à se percher dans les arbres pour défendre la végétation urbaine. Rien n'y a fait. Malgré les protestations, l'abattage a commencé, ce mercredi 11 mai au matin. En jeu, selon la mairie, le nouveau plan des déplacements urbains de Chambéry. 

Par Franck Grassaud

Dès 6h30, les engins, ouvriers et tronçonneuses ont débarqué sur les chantiers du quai du Jeu de Paume et de la place de la Gare. A 6h45, deux arbres étaient déjà au sol. 

Quelques habitants se sont alors rassemblés pour observer "le triste spectacle", selon eux, "de ce patrimoine végétal qui tombe". Ils ont aposé une banderole qui en dit long sur leur ressenti. "Assasins", pouvait-on lire.  

Reportage Maxence Regnault et Vincent Habran
L'abattage des arbres de Chambéry
Intervenants: Isabelle Besson, opposante à l'abattage; Aloïs Chassot, adjoint au maire de Chambéry

Ils se battent depuis plusieurs semaines pour sauver 27 tilleuls que la mairie souhaite abattre pour construire de nouvelles pistes cyclables et aménager de nouveaux couloirs de bus. 

© Maxence Regnault Ces défenseurs des arbres urbains ont du mal à avaler le passage en force de la municipalité, "avec le soutien de la Police et donc de l'Etat", relève l'un d'entre eux, "alors que nous attendons les résultats des demandes de référé, c'est un scandale!"

Le Tribunal administratif de Grenoble doit en effet examiner cette semaine un recours porté par les opposants au projet. "C'est un déni de démocratie alors que 7.000 citoyens ont signé une pétition contre l'abattage", s'exclame un manifestant. 

Un adjoint au maire juge, lui, "le projet structurant pour Chambéry, nécessaire pour Chambéry". "Oui, nous irons au terme de ce projet!", a-t-il lancé. 

En matinée, quelques opposants ont envahi l'Hôtel de Ville. En vain. Un militant a également été placé en garde à vue après s'en être pris aux forces de l'ordre. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus