Pourquoi pas une prépa ? Le lycée Monge à Chambéry accueille une classe préparatoire pour les Bacs Pro

Publié le

Intégrer une école d'ingénieur avec un Bac professionnel, c'est possible : depuis 3 ans, le lycée Monge à Chambéry propose aux bacheliers issus de ces filières une préparation taillée sur mesure pour pouvoir se présenter aux concours des grandes écoles. 45 élèves suivent actuellement ce cursus.

Les classes préparatoires aux grandes écoles sont en France la voie royale pour accéder aux fleurons de l'enseignement public : Polytechnique, l'école Normale supérieure, Centrale, les Mines ou de nombreuses et prestigieuses écoles d'ingénieurs. Tous ces établissements font rêver mais semblent inaccessibles ou réservés aux élèves munis de mentions venant des Bacs S essentiellement.

Ce qui est beaucoup moins connu est qu'il existe désormais soit des passerelles pour accéder à ces classes préparatoires soit des cursus dédiés même si on a n'a pas suivi le parcours habituel.

A Chambéry, depuis maintenant 3 ans, le lycée Monge propose carrément aux bacheliers de la filière professionnelle une CPGE TSI, une classe préparatoire pour leur permettre de tenter les concours aux grandes écoles.

Ils sont actuellement 45 élèves venus de toute la France et même d'outremer, répartis sur ces 3 classes. 

 

Un tremplin vers l'excellence

Ils ont été sélectionnés en s'inscrivant tout simplement sur Parcours Sup. "Chaque dossier a été examinée au cas par cas par l'équipe et non à la moulinette informatique", explique Fréderic Bonnaud, enseignant au sein de l'équipe depuis le début de cette aventure, il y a maintenant 3 ans. 

"Et la formation commence à être connue car cette année, il y a actuellement une centaine de demandes pour 24 places la rentrée prochaine", nous confie-t-il également.

"L'idée, c'était de permettre à ces étudiants qui ont le potentiel, la maturité, d'accéder à ces filières d'excellence même si au départ ils pensaient que c'était impossible." 

 

Un menu copieux

Les élèves de cette classe prépa ont un menu particulièrement chargé, soit 45 heures de cours hebdomadaires plus les études le soir de 19 heures 30 à 21 heures 30, sans oublier du travail encadré la première semaine de vacances.

Jade titulaire d'un Bac Pro en chaudronnerie s'accroche et vise l'Aérospatiale : "il y a une grosse charge de travail mais la classe a une bonne dynamique, on se tire vers le haut... Certes la marche est haute mais ça se fait progressivement."

Pour supporter ce régime particulièrement intense propre à la classe préparatoire, un accompagnement psychologique est proposé aux élèves avec la présence d'une psychologue une fois par semaine.

"Certains de nos étudiants ont des parcours de vie chaotiques, ils sont fragiles et les difficultés peuvent les rendre encore plus fragiles", nous confie Fréderic Bonnaud.

 

Un accompagnement total

Des activités extra-scolaires sont également organisées avec des sorties culturelles, hors période Covid bien évidemment, mais également des événements sportifs pour souder le groupe.

Ainsi les TSI Pro ont pu découvrir le paddle, faire du beach-volley, de la raquette nocturne, du trail ou rencontrer le footballeur Killian Mbappé qui leur a offert les billets de train pour venir à Paris et les tickets pour voir le match du PSG au Parc des Princes.

Les étudiants ont pu ensuite échanger avec la superstar sur les valeurs du travail, de l'effort et de la confiance en soi. Une séance de coaching taillée sur mesure.

Il n'existe en France que deux autres structures proposant un tel cursus, ainsi le lycée Henri Parriat à Montceaux-les-Mines et l'Institut Emmanuel d'Alzon à Nîmes, un établissement privé.

Les premiers élèves de la promotion devraient bientôt se présenter au concours. Petit clin d'oeil pour ces TSI Pro, le lycée qui les accueille porte le nom d'un mathématicien qui a co-fondé l'Ecole Polytechnique, Gaspard Monge. Plutôt de bon augure...

Damien Borelly a rencontré ces étudiants et leur enseignant à Chambéry. 

durée de la vidéo: 03 min 03
Une classe prépa pour les Bac Pro à Chambéry