Réforme des retraites : voie rapide coupée à Chambéry, manifestations spontanées, le point sur la mobilisation dans les Alpes contre le 49.3

Des rassemblements aux parcours spontanés ont eu lieu ce samedi 18 mars dans de nombreuses localités des Alpes, comme à Grenoble ou encore à Chambéry, où des manifestants ont bloqué la voie rapide pour protester contre la réforme des retraites.

Deux jours après le passage en force du gouvernement sur la réforme des retraites et le recours au 49.3, la mobilisation se poursuit dans les départements de l'arc alpin.

Barricade sur la VRU de Chambéry

Ce samedi 18 mars, plusieurs centaines de manifestants ont bloqué la voie rapide urbaine de Chambéry (VRU) devant le tunnel des Monts au niveau de la sortie de la Cassine. Ils ont érigé une barricade faite de palettes de bois, à laquelle ils ont ensuite mis le feu.

"64 ans, c'est non" ou "libérez le père Fouras" ou encore "49.3 du peuple" pouvait-on lire sur les pancartes brandies dans le rassemblement.

Premier blocage de la VRU depuis le début de la mobilisation

Un cortège s'était élancé vers 14h30 de la place du palais de justice à Chambéry, réunissant 1150 personnes selon Force Ouvrière, 1200 à 1300 personnes selon la police. 

Les manifestants se sont ensuite scindés en deux groupes. L'un d'eux est passé par la gare puis par de petits chemins pour contourner les barrages de police et atteindre la VRU. Jusqu'ici, à Chambéry, depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites, jamais l'axe de contournement de la ville n'avait été bloqué. Ce coup d'éclat des manifestants ne fait que révéler la force de leur détermination selon Eric Granata, secrétaire général de la CGT Savoie.

"La colère citoyenne renforcée, les grévistes déterminés"

"L'utilisation du 49.3, on dirait que cela a renforcé la colère citoyenne et cela renforce la détermination des grévistes", dit-il. "Rien n'a cessé. Il y a des grèves reconductibles qui se développent de plus en plus, les journées de mobilisation nationales sont suivies énormément. On n'a jamais atteint ces chiffres en termes de grévistes et de manifestants. Et à mon avis cela va continuer", indique le syndicaliste.

Toutes les voies de la VRU avaient été neutralisées par mesure de sécurité. En fin d'après-midi, les manifestants ont quitté les lieux d'eux-mêmes, laissant place aux pompiers venus éteindre les palettes en feu et faire place nette.

A Albertville, des blocages ont également eu lieu sur le RN90. 

Syndicalistes, citoyens et gilets jaunes mélangés

A Grenoble, une manifestation a également eu lieu en début d'après-midi, avec des membres de la France Insoumise en tête de cortège. 

"La retraite à 60 ans, on s'est battu pour la gagner, on se battra pour la garder", chantaient les participants. Les opposants à la réforme des retraites sont partis de la place Verdun pour rejoindre le centre-ville. Comme à Chambéry ou ailleurs, le défilé a rassemblé des syndicalistes, des élus de gauche, des retraités, des jeunes mais aussi des gilets jaunes. 

Plus tôt dans la matinée, une trentaine de personnes avait distribué des tracts aux passants, place Grenette, pour expliquer notamment les détails de la suite de la mobilisation et les rendez-vous pour les prochaines manifestations.

Parmi elles, Christine Plorence Puget de la CFDT qui salue des échanges de qualité avec les personnes qui se sont arrêtées pour discuter. "Beaucoup de personnes m'ont dit qu'ils seraient présents le 23 mars et vraiment on sent un soutien très très fort". 

En Haute-Savoie, plusieurs centaines de personnes ont défilé dans les rues de Thonon-les-Bains. Entre 700 et un millier de manifestants ont également défilé à Annecy.

D'autres rassemblements sont prévus dans les jours qui viennent et jusqu'au 23 mars, jour de mobilisation nationale.