A Courchevel, le Chabichou nouveau continue de bichonner ses clients tout en gardant son âme

Après 8 mois de travaux le Chabichou et sa célèbre façade blanche, une institution de la station de Courchevel rouvre ses portes . Une page se tourne avec le départ de Michel Rochedy qui passe la main après plus de 50 ans à faire valser les fourneaux et les étoiles.
 

© Xavier Schmitt
Dans cet univers feutré et luxueux de la station savoyarde de Courchevel, c'est un événement : Michel Rochedy, le pionnier de la haute gastronomie dans les Alpes françaises, deux étoiles Michelin, est parti à la retraite, après 55 ans de service .

L'homme incarnait le Chabichou : venu de son Ardèche, en 1963, il a prouvé qu'en montagne, on pouvait faire des étincelles en cuisine et au passage glaner des étoiles. C'est son ancien second, Stéphane Buron, qui prend la relève. Il ajoute sa note personnelle dans la partition de son maître qui surveille avec affection l'envol de son protégé fidèle compère.

Autre révolution, le Chabichou a été repris  par le groupe lyonnais Lavorel, qui a lancé cette campagne de rénovation, huit mois de travaux. Côté façade, rien n'a changé. A l'intérieur, en revanche, c'est une totale cure de jouvence. Les 41 chambres et suites arborent une nouvelle déco.
Il fallait moderniser sans trahir l'âme du lieu, si particulière, une équation particulièrement délicate.

Plus de 130 personnes s'activent de nouveau dans l'hôtel-restaurant pour bichonner la clientèle. 
Haut de gamme oblige, l'établissement offre une seconde table et un éventail de services, du spa à la coiffure. Enfin, le Chabichou est situé au pied des pistes de ski. Un héritage précieux du fondateur alors que Courchevel réunit aujourd'hui dix-sept hôtels de luxe. 
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme gastronomie culture montagne nature